Louis Delort en interview : "On veut faire un duo avec Al.Hy !"
Louis Delort

Louis Delort en interview : "On veut faire un duo avec Al.Hy"

 

Louis Delort tourne actuellement avec son groupe, Louis Delort & The Shepherds, comme au bon vieux temps. Enfin au temps du lycée, qui n'est pas si loin ! Il nous parle à coeur ouvert de ses débuts dans la musique, The Voice, 1789 et de ses projets !

 

 

PublicAdos : The Voice, tu avais envie de le faire au départ ?

 

Louis Delort : Pas forcément, c’est mon père qui m’a conseillé de le faire. Il est guitariste et avait accompagné Stephan Rizon aux castings de The Voice. Puis il a récupéré les contacts des casteurs à qui j’ai pu envoyer mes coordonnées et mon cv. C'est lui qui m’a conseillé de le faire. Ca faisait deux ans que j’avais arrêté l’école et que je faisais de la musique avec mon groupe (The Shepherd), on jouait, on s’en sortait pas trop mal. C’était la première de The Voice en plus donc on savait pas du tout ce que c’était et on y est allé, quoi, ça a marché !

 

PublicAdos : Tu avais chanté quoi ? 

 

Louis Delort : La toute première audition j’ai chanté « Bruxelles» de Dick Annegarn et « Trouble » de Coldplay.

 

PublicAdos :  Comment se passaient les enregistrements ?

 

Louis Delort : C’était intense, ce sont de gros studios TF1, tout le monde qui court dans tous les sens ! C’était de grands moments, des blocs de deux heures où on est au taquet pour l’émission. La semaine on taffait aussi pour le week end qui arrivait.

 

PublicAdos : Tu chantais dans quel cadre ?

 

Louis Delort : Dans des salles de concerts, partout où on pouvait jouer, payés ou pas payés, on n’en avait rien à faire ! On avait besoin de jouer. On s’en était pas mal sortis, on jouait beaucoup et on était heureux. Mais c’était le cadre amateur. Mais amateurs heureux.

 

PublicAdos : L’école, pourquoi tu as arrêté ?

 

Louis Delort : J’ai arrêté en seconde. J’en avais fait le tour. J’avais déjà redoublé une année, j’ai eu beaucoup de problèmes à l’école, pas forcément disciplinaires, mais de relations avec les profs, c’était compliqué je ne me plaisais pas dans tous les cours, et puis surtout, j’avais une espèce de sentiment, je savais déjà ce que j’avais envie de faire. J’avais envie de faire de la musique parce-que mon père est musicien. Et comme il avait pu faire ce métier sans avoir fait de formation donc je me disais « pourquoi aller au bout de mes études  si ce ne sont pas des études qui vont m’aider dans mon métier plus tard, quoi ? ». J’ai préféré arrêté l’école pour me concentrer à plein temps à la musique. J’ai travaillé au conservatoire le chant lyrique pour explorer des possibilités et le solfège.

 

PublicAdos : Tu savais ce que tu voulais faire…

 

Louis Delort : Oui, je le sentais… c’est bizarre.

 

PublicAdos : C’est quoi ton premier souvenir de chant ?

 

Louis Delort : Je chantais quand j’étais petit. Mon père me faisait chanter quand ses copains venaient à la maison, il prenait la guitare, il faisait tourner des accords et on pouvait chanter pendant des heures. Ca ce sont mes premiers souvenirs, tard le soir, on pouvait chanter dans le salon !

En mode jam. On n’avait pas vraiment de morceau, mais il lançait toujours le rif de « By the way » quand les copains arrivaient. Il avait la guitare dans les mains et il savait que c’était ma chanson préférée, alors il la lançait et me disait « allez vas-y », il pouvait rester 10 minutes avant que je me mette à chanter mais il arrêtait pas, il arrêtait pas… et finalement j’y allais ! C’est difficile de chanter quand on a 10 ans.

 

PublicAdos : Tu écris depuis longtemps ?

 

Louis Delort : Franchement ouais, quand j’étais petit j’écrivais des poèmes. Après écrire des chansons c’est autre chose, on peut dire que ça fait vraiment deux ans, depuis qu’on prépare cet album, où je me suis attelé de manière concrète à écrire des chansons. Sur l’album j’ai écrit quelques textes et ai été beaucoup aidé par des auteurs confirmés. Quand on a pas vraiment d’expérience dans l’écriture, on a envie d’aller vers plein d’images et parfois on peut perdre le fil de ce que l’on raconte. Il y avait souvent des seconds regards derrière moi pour affiner mon écriture. Ca ne peut pas être parfait tout de suite.

J’ai composé quelques chansons avec Jean-Etienne, d’autres seules, d’autres avec le groupe. On les met en commun et après on fait les chansons.

En plus on vit ensemble, donc on essaye de travailler tous les jours !

 

PublicAdos : C’est tes potes de lycée ?

 

Louis Delort : Oui, il y a Lucas, c’était un punk ! A la fin de l’année, il y avait un concert, on s’est chauffé pour faire un concert ensemble. On s’est tellement bien entendus qu’on avait pas calé de chanson ! On a fait 25 minutes d’impro.  Et puis ensuite on a eu envie de faire des chansons, on a rencontré victo, qui était déjà bassiste, on s’est dit qu’on devait répéter ensemble, ça s’est très bien passé !

 

PublicAdos : « Outre-Manche »… quels sont les artistes qui t’ont fasciné ?

 

Louis Delort : Ouais, fasciné, marqué, touché….  A 6 ans j’avais K’s Choice, à 7 ans j’avais Queen, à 8 ans les Red Hot…

Mon père, dès qu’il aimait quelque chose, il me filait le CD. Je pouvais en avoir autant que je voulais ! J’en ai eu plein et surtout de la musique anglo-saxonne et c’est ce que j’écoutais du matin au soir, encore aujourd’hui.  Donc on a eu envie de faire un texte sur ces artistes qui nous touchent, et sur les vinyles… poser son CD pour écouter, ça me plait.

 

Louis Delort & The Shepherd, "Outre-Manche" :

 

 

 

PublicAdos : Ta chanson « Je suis là », tu la dédierais à qui ?

 

Louis Delort : Ce n’est pas une chanson que j’ai écrite, mais si je devais la dédier, ce serait à ma famille. Parce-que j’ai dû partir assez tôt, il y a deux ans, j’étais proche de ma mère, de ma petite sœur, et qu’aujourd’hui je peux les voir une fois tous les deux mois. C’est plutôt difficile à gérer, mais au final, j’essaye d’y aller dès que je peux. (Ils sont dans sa région natale, près de Lyon).

 

PublicAdos : 1789, Les Amants de la Bastille, comment avais-tu entendu parler du projet ?

 

Louis Delort : Ce sont les producteurs du spectacle qui m’ont vu dans les auditions à l’aveugle, et comme ce sont les mêmes réseaux de castings, ce sont les mêmes personnes qui se rejoignent, ils ont passé un coup de téléphone et ont voulu me rencontrer.

Je suis allé voir, au début j’avais un peu peur, parce-qu’un spectacle musical, je connaissais absolument pas. Mais dès que j’ai rencontré les gens qui bossaient dessus, je me suis laissé prendre. C’était un très gros projet, avec de très belles dates et ça ne se refuse pas. Surtout à mon âge, c’était le moment où jamais.

 

PublicAdos : C’était un personnage qui était assez proche de toi !

 

Louis Delort : Oui, je me faisais plaisir, et je ne sentais pas trop de difficulté à habiter le personnage tous les jours.

Quand on est sur scène, on ne ressent plus grand-chose, on est vraiment dans un monde parallèle où tout est autre chose. On passe du noir des coulisses à la lumière, ce plateau de 25 mètres de long, de beaux décors, on se laisse aller ! Même pas besoin de déclic. On était tellement dans de belles conditions, avec un beau spectacle, c’était pas trop dur de s’immerger.

 

PublicAdos : C’était quoi la chanson que tu préférais faire ?

 

Louis Delort : « Tomber dans ses yeux » avec Camille, simple. Mais en fait, tous les duos du spectacle étaient sympas. De partager quelque chose les yeux dans les yeux sur scène avec du monde devant, c’est  quand même très fort. Et puis aussi « Sur ma peau », parce-que à  ce moment-là, c’était la fin du spectacle et je savais que quand arrivait le morceau j’allais courir pendant 20 minutes. Tout les danseurs venaient sur moi d’un coup à ce moment-là, on sentait quelque chose de très fort, on avait envie de prendre la Bastille !

 

1789, Les Amants De La Bastille, Louis Delort et Camille Lou, "Tomber dans ses yeux" :

 

 

 

PublicAdos : C’est une expérience que tu as envie de revivre ?

 

Louis Delort : Je ne sais pas. J’ai envie d’en vivre d’autres. J’ai vécu une super expérience avec 1789, j’ai aujourd’hui envie de vivre de belles expériences avec le groupe, dans le rock. Dans la musique qu’on va faire, avec des guitares, en étant nous-mêmes. Après si l’occasion devait se représenter, il faudrait que ce soit un beau projet. J’aimerais bien faire West Side Story, par exemple. Ce sont de trop belles chansons, un beau spectacle. Mais je pense avoir vécu une très belle expérience avec 1789 et j’aurais peur de vivre quelque chose de moins bien ailleurs.

Al.Hy qui était dans The voice, qui est une tueuse, une espèce de Joplin. Oui, on en parle souvent. Mais on est tellement flémards, l’un comme l’autre qu’on arrive jamais à se croiser !

 

PublicAdos : Tu penses qu’un artiste peut émerger aujourd’hui sans passer par une émission ?

 

Louis Delort : Oui. Ça arrive encore. J’espère que oui parce-que ce serait vraiment dommage. Ça voudrait dire que ce n’est plus l’artiste qui est maître de son destin. Mais je pense que oui, ça arrive encore. Il y a encore des chanteurs et chanteuses qui débarquent et foutent tout le monde par terre avec une chanson ou deux, et c’est après que les maisons de disques les récupèrent. Ca arrive et arrivera encore.

 

PublicAdos : Un conseil aux jeunes qui veulent se lancer ?

 

Louis Delort : D’aimer ce qu’ils font. C’est le plus important. Il faut aimer la musique, sinon ce n’est pas la peine. Si tu n’aimes pas profondément la musique, tu ne tiens pas six mois ! Comme dans tous les métiers. Mais il faut être passionné. Il faut aimer le métier qu’on fait, sinon on est pas vraiment heureux. Enfin si on veut en faire un métier, après tout le monde peut chanter, n’importe où, n’importe comment , il n’y a pas de limite !

 

PublicAdos : Si tu ne faisais pas de musique…

 

Louis Delort : Je ferais du sport ! Je suis tellement une brêle dans tout ce qui scientifique ou ce qui est sur le papier… ou alors un métier manuel, même si je ne suis pas très doué. Mais du foot !

 

PublicAdos : Tu peux nous parler de tes tatouages ?

 

Louis Delort : « People are strange » c’est une référence à une chanson des Doors.  Pour moi c’est une bête de chanson parce-qu’est toute simple et évidente. La phrase est nette précise et ne souffre pas de la contradiction. Après le reste, c’est de la musique, de la musique… c’est beaucoup de coups de têtes, en fait ! O ne réfléchit pas trop quand on les fait, sinon on ne le ferait pas !

 

 

Louis Delort & The Shepherd, "Je suis là" :

 

 

Crédit photo : Facebook officiel de Louis Delort

|   dernière mise à jour : 07 janvier 2015

Les autres interviews de Louis Delort

Louis Delort en interview : "On veut faire un duo avec Al.Hy"     PublicAdos : The Voice, tu avais envie de le faire au...

Les autres news sur Louis Delort

NRJ Music Awards 2014 : "Alizée Bitch", Stromae, Katy Perry... tout sur la soirée !   Les NRJ Music Awards ont sacré pour la quinzième fois leurs artistes...

  • michael jackson
    2
  • Photo
    1
  • Hasni
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados