The Smiths - Ados.fr

The Smiths

Nationalité : Grande-Bretagne
Label : EMI | Genre : Pop

50
La biographie de The Smiths

Le punk, contre l’invasion disco et le rock qui se parodie lui-même dans des poses d’égocentrique à la grosse tête, détruit tout. Le mouvement de la new wave pousse alors dans les décombres. La nouvelle vague fait des remous plus ou moins réjouissants, mais un quatuor, originaire de Manchester, provoque un raz-de-marée.

Les Smiths ne laissent personne indemne, personne indifférent : il provoque l’admiration ou la haine la plus viscérale. Les Smiths voient le jour à Manchester. L’enfance du chanteur du groupe, Steven Morrissey, se passe dans un quartier défavorisé où le chômage, comme les sévices corporels dans le cadre scolaire, est roi. A l’école, il subit les violences et les humiliations qui laissent des traces où puiser l’inspiration. Il s’inspire aussi de l’esthétique d’Oscar Wilde, le dandy sensible, mais impertinent, à la sexualité ambiguë. James Dean et Elvis Presley, deux autres de ses idoles, imprègnent son univers. En 1982, le jeune homme habité par les artistes rencontre Johnny Marr qui cherche un parolier pour le groupe qu’il veut monter. Morrissey en a sous la main. Ses textes, comme ses expériences passées ou ses idoles, sont torturés. Dans "Suffer little children", Morrissey aborde le fait divers, l’infanticide.

Tous les deux convaincus, Morrissey et Marr vont former un duo. Les deux vont bientôt être rejoints par Andy Rourke, un bassiste, et par Mike Joyce, un batteur. Le quatuor, qui ne veut pas d’un nom à rallonge, se prénomme comme n’importe quels types de la rue : The Smiths. En 1982, The Smiths monte sur scène. En 1983, le single “Hand in glove” sort. Le coup d’essai est un coup de maître : le titre fascine. Le deuxième morceau, "This charming man", est aussi un succès. En 1984, pour poursuivre son envolée, le groupe sort son premier album : The Smiths. L’album se vend à des milliers d’exemplaires et se place dans les charts britanniques. La new wave n’est pas à l’abri des dérives. Mais The Smiths reste à l’écart des synthétiseurs abusifs et des clips. L’année de la sortie de l’album éponyme, The Smiths est élu Meilleur Groupe de l’année. Quant à Morrissey, qui s’est improvisé chanteur, il est élu Meilleur Interprète.

En 1985, après The Smiths, les Smiths sortent leur deuxième album, Meat is murder. Mal accueilli par l’Angleterre conservatrice de Margaret Tchatcher – à qui Renaud rend un hommage à sa façon -, l’album, dont le nom sonne comme une profession de foi végétarienne, se classe à la première place du hit-parade. Dans "The headmaster ritual", Morrissey se sert de ses souffrances et règle ses comptes avec les écoles de Manchester. Malgré la haine qui transpire de ce texte, Morrissey conserve une voix mélodieuse. Le contraste rend la frustration emmagasinée pendant des années encore plus poignante. La jeunesse britannique, qui se retrouve dans la dénonciation des sévices corporels, hisse Morrissey, surnommé « Moz », sur le piédestal de l’icône. Dans cet album, on retrouve Elvis Presley ou Oscar Wilde. The Smiths, la sensibilité à fleur de peau, chante les souffrances de l’adolescence : Morrissey évoque la solitude et le besoin d’être aimé comme n’importe quel être humain. La guitare acoustique soutient les plaintes du chanteur emblématique. Il n’est pas aimé comme n’importe quel être humain. Il est adoré comme une idole.

En 1986, avec The Queen is dead, The Smiths n’est pas près de tomber de son piédestal. Mais le titre provocant déstabilise les défenseurs de la monarchie. Le groupe qui a enterré la reine reçoit des menaces de mort. En Angleterre, on ne touche pas sans impunité à la couronne sacrée, surtout si c’est pour l’accuser d’imposture. Comble de l’audace, The Smiths propose, en chanson, au Prince Charles de porter la robe de mariée de sa mère. Dans "I know it’s over", Morrissey chante une fois de plus le mal de vivre et les amours malheureuses. En 1986, le groupe, qui plaît toujours autant, est labellisé EMI. Le changement de label ne porte pas chance. Johnny Marr se sent étouffé par la popularité de Morrissey. En 1987, il quitte la formation. Mais en septembre, « Strangeways here we come, un opus sombre, sort. En 1988, le groupe, amputé d’un membre, se sépare. Mais Morrissey, comme Marr, continue son aventure en solo.



...



Les personnalités associées à The Smiths
Sites consacrés à The Smiths
Morrissey en français Un site en français sur le chanteur des Smiths. // The Smiths en questions Un site sur The Smiths.
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados