Sting - Ados.fr

Sting

Né le : 02 octobre 1951 (65 ans)
Nationalité : Grande-Bretagne
Label : Universal | Genre : Pop

435

Vidéo : Mylène Farmer se lâche et frappe Jimmy Kimmel ! Après avoir largement promu son album Interstellaires de ce côté-ci de...

Mylène Farmer : "Stolen Car" le remix Le 7 novembre dernier, lors des NRJ Music Awards, Mylène Farmer  et Sting...

Mylène Farmer bientôt sur scène, et en direct sur TF1 ! Patience, patience. La date fatidique du 6 novembre approche à grand pas. Ce...

Sting et Mylène Farmer, “Stolen Car” : On a traduit les paroles ! Late at night in summer heat. Expensive car, empty street Tard dans la nuit, dans un...

La biographie de Sting
Ainsi surnommé parce qu'il jouait dans une équipe de foot locale en portant un maillot à rayure qui lui donnait l'air d'une guêpe, Sting (le « dard » en anglais), de son vrai nom Gordon Sumner, est né le 2 octobre 1951 à Wallsend, dans un quartier pauvre. A ne pas confondre avec son comparse Andy Summers avec qui il a joué dans Police, Gordon Sumner fait ses premiers pas musicaux à 14 ans, quand son oncle, partant pour le Canada, lui confie sa guitare. Le jeune Sting s'entraîne alors à jouer des standards des Stones et des Beatles et rêve déjà d'être en haut de l'affiche. Il découvre le jazz mais cela ne l'attire guère même si à l'époque ça « faisait bien ». Il troque la guitare pour la basse, se met au blues et commence à « jammer » avec quelques groupes de jazz locaux. On le voit jouer de la guitare électrique et de la contrebasse dans différents pubs et réussi même à rejoindre un groupe relativement connu, les Riverside Men, plutôt branchés ragtimes et musique de saloon. En 1974, il forme enfin son premier groupe, Last Exit (« dernière sortie ») et se marie avec la comédienne Frances Tomelty. Il décide d'emmener groupe et femme à Londres puis après quelques années de bons et loyaux services au sein du groupe Police, sort son premier album en 1985 The Dream of the Blue Turtles. Ce disque, qui fait référence à un rêve qu'il a eu une nuit, est une merveille de compositions nostalgiques et bluesy. Entouré d'excellents musiciens, comme le saxophoniste Branford Marsalis ou le batteur Omar Hakim (qu'on a vu aux côtés de Michael Brecker ou Miles Davis) Sting signe-là une entrée en matière brillante et originale. Tu te rappelles sûrement de sa chanson Russians qui attaque de plein fouet les relations américano-soviétiques de la Guerre Froide et qui tourne presque en boucle sur certaines radios quand vient le printemps. « Mister Krushchev said, 'We will bury you', I don't subscribe to this point of view, it'd be such an ignorant thing to do if the Russians love their children too”. En questionnant l'amour que portent les hommes politiques pour la jeunesse de leur pays, Sting compose dans le même album « If you love somebody » et le très émouvant « Moon over Bourbon Street ». Pour son second disque paru en 1987, "Nothing Like the Sun", Sting récidive en débauchant Eric Clapton à la guitare et Mino Cinelu aux percussions. Le résultats est une ode à l'Amérique Latine et à ses peines. C'est dans cet album que tu pourras entendre le célèbre morceau Englishman in New York. Sting commence alors à s'impliquer de plus en plus pour la défense de la cause indigène. On le verra beaucoup sur les plateaux de télé en compagnie du chef indien Raoni parler de la survie de l'Amazonie et de sa déforestation opérée par les grandes compagnies. Plus intimiste, son troisième album dédié à la mémoire de son père, "The Soul Cages", paraîtra en 1991. En 1993, il chante le fameux “If I Ever lose my faith in you” dans son album Ten Summoner's Tales puis fait signe à Cheb Mami, Don Blackman et James Taylor de le rejoindre pour l'album Brand New Day (en 1999). Malheureusement son esprit de réconciliation entre les peuples et les cultures est mis à mal quand survient le 11 septembre 2001. Beaucoup de ces idéaux volent en fumée avant qu'il ne se ressaisisse avec son album Sacred Love (2003) et continue sur sa lancée… Trois années de silence ont suivi, mais Sting est revenu en 2006 avec "Songs From The Labyrinth". Publié sur le très sérieux label Deutsche Grammophon, il est consacré au répertoire de John Dowland, compositeur de la Renaissance élizabéthaine (1563-1626). On découvre avec joie que l'ancien bassiste se débrouille très bien au luth et à la viole, et prononce le Moyen Anglais avec beaucoup d'élégance.

...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19




Les personnalités associées à Sting
Sites consacrés à Sting
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
  • Photo
    3
  • Tété en festoche
    1
  • Raphaël
    1
  • saez
    1
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados