Sex Pistols - Ados.fr

Sex Pistols

Nationalité : Grande-Bretagne
Label : Virgin | Genre : Punk

Dis moi ce que tu écoutes, je te dirai comment tu réfléchis ! Pas besoin d’être scientifique pour savoir que vos goûts musicaux...

Focus : Joe Cocker, retour sur la carrière d'un géant du rock   C'est une légende de la musique qui s'est éteinte ce 22 décembre...

Le coup de coeur de la semaine : College Rock Stars « Toute musique qui ne peint rien n'est que du bruit. » - Jean le Rond...

Le prime de Soan sur My way Soan clôt l'émission avec "My way" de Frank Sinatra mais version...

La biographie de Sex Pistols
Si les Ramones ont donné naissance au rock minimaliste et brut de coffre qui influencera considérablement le futur punk rock british, l’esprit punk quant à lui, ne peut pas être mieux incarné que par les Sex Pistols, devenus une véritable référence en la matière. Provocants, rageurs, et bordéliques, prophètes du « Do it yourself » et du «No future » attitude, les Pistols ont considérablement bousculé le vieux rock boursouflé, corrompu et sans saveur des 70’s ainsi que l’Angleterre ultra conservatrice de l’époque, ouvrant la porte du star system à des musiciens moins techniciens que bordéliques, plus rentres-dedans que perfectionnistes, plus virulents que machines à fric…Enfin, le rock avait de nouveau un sens ! Grâce à eux, mais aussi aux Clash et aux Buzzcoks, les Pistols redonnèrent une âme à la révolte, du feu et de l’énergie stoogienne au rock, même si l’on s’est longtemps interrogé sur la véracité de l’engagement politique et social de ce groupe anglais totalement déjanté. En effet, on a souvent pensé que c’était leur manager, Malcolm Mac Laren, qui fut à l’origine de tous les scandales, fanfaronnades et insultes pistoliennes, le manager maîtrisant particulièrement bien la manipulation médiatique. Par ailleurs, Mac Laren, très au fait des courants rock émergeants (il fut aussi le manager des New York Dolls) et gérant d’une boutique de fringues très hot, a non seulement présenté les deux amis d’enfance Steve Jones (guitariste) et Paul Cook (batteur) à Glen Matlock (bassiste) et au chanteur John Joseph Lydon dit Johnny Rotten (Johnny « le pourri », à cause de ses dents mal en point…), mais le manager a aussi totalement relooké les quatre Pistols, leur apportant ce fameux style punk, de l’épingle à nourrice aux fringues déglinguées. Enfin, c’est Mac Laren qui suggéra au groupe de prendre le nom de « Sex Pistols », qui était initialement le slogan d’un des tee-shirts en vente dans son magasin. C’est la raison pour laquelle beaucoup de critiques ont considéré que c’est plus Mac Laren que les Pistols qui a été à l’origine de la révolution punk en Angleterre. Toutefois, si on n’est toujours pas sûr en 2006 de ce qui fait partie de la légende et de ce qui appartient à l’histoire véritable histoire des Pistols (c’est ça aussi, la magie du rock ! ), on ne peut que constater qu’à la suite de ce groupe de fous furieux, se sont créés moult groupes de punk, des Clash aux Jam, en passant par The Damned, ou encore Siouxsie & The Banshees…Ce qui est déjà la preuve que les Pistols étaient loin d’être un groupe préfabriqué. De plus la désinvolture à l’extrême des Pistols comme leurs textes méga provoc’ influencent encore aujourd’hui de très nombreux groupes de rock et musiciens, dont la plupart sont pourtant nés bien après « God Save The Queen »… Les Sex Pistols ont donc vu le jour en 1975, dans la boutique de Malcom Mac Laren. Très vite, Johnny Rotten s’impose comme le leader des Pistols, et avec ses acolytes, défraie la chronique d’abord sur scène, puis en balançant en 1976 un premier single acide, provoc’ à souhait et totalement révolutionnaire : « Anarchy in the UK ». Les Pistols se retrouvent ensuite dans une émission TV où Steve Jones ne tarit pas d’insultes en tout genre. Leur prestation télévisuelle fait alors scandale dans tous les journaux, et les Pistols se font virer d’EMI, leur label, illico presto. Quelques temps après, c’est le batteur Glen Matlock qui se fait exclure du groupe. Il sera remplacé par le désormais célèbre Sid Vicious, icône punk par excellence qui ne sait pas faire un note correcte à la basse, mais qui est un bon pote de Rotten, et qui cultive à l’extrême les adages punk, du « No Future » au « Do It Yourself ». Après leur éjection d’EMI, Les Pistols se trouvent une nouvelle maison de disque, A&M, mais se font jeter une fois de plus après avoir forcé sur le scandale. C’est Virgin finalement qui acceptera de sortir en 1977, leur décapant « God Save The Queen ». Le photo de la reine d’Angleterre avec une épingle à nourrice dans le nez et les paroles corrosives de ce titre désormais culte font de nouveau sensation et retourne la presse britannique dans tous les sens, mais cela n’empêche pas les Pistols (loin de là !) de donner un concert sur un bateau pendant le jubilée de la reine en brayant « God Save The Queen » : résultat, le groupe se fait embarquer par la police qui recevra à son tour un flot d’insultes…Les Pistols sont alors au sommet de leur punk attitude, et tout le monde en Angleterre ne jure plus que par le « No Future, no future, no future for youuuu ! » Après la parution de deux singles, « Pretty Vacant » et « Holidays In The Sun », les Sex Pistols sortent leur premier et unique album, « Never Mind The Bollocks, Here's The Sex Pistols ». Le disque fait un véritable carton, malgré les réticences de certains disquaires à mettre l’album en rayon. Puis le groupe donne un concert en Grande Bretagne avant de partir en 1978 en tournée aux USA. Mais après deux semaines seulement de concerts aux States, Rotten lâche le groupe et part fonder Public Image Limited (PIL). Mac Laren essaye alors de convaincre les autres membres des Pistols de continuer, en vain. Cependant on peut toutefois à cette époque retrouver Sid Vicious tout seul sur scène, et l’entendre par ailleurs reprendre le célèbre « My Way » (le « My Way » de Sid est aujourd’hui aussi culte que la version de Sinatra…). Mais à la fin de l’année 1978, Sid Vicious est accusé d’avoir assassiné son amie Nancy Spungan dans une chambre d’hôtel new-yorkaise. Mac Laren paye la caution pour qu’il sorte de prison, mais Sid Vicious n’aura pas l’occasion d’assister à son procès : il meurt d’une overdose d’héroïne, le 2 février 1979, symbolisant définitivement la mort des Pistols, mais aussi du punk. Les Pistols n’ont cependant pas dit leur dernier mot puisque vingt ans après leurs premiers scandales punk, le groupe remonte sur scène, avec Glen Matlock à la basse, comme aux premiers jours. Cette tournée sera suivie de la sortie d’un live, « Filthy Lucre Live ». Par la suite, d’autres live et best-of sont sortis, mais honnêtement, le revival 90’s des Pistols n’a rien à voir avec les Pistols des années 70, Lydon et sa bande semblant plus préoccupés par leurs comptes en banque que par l’avenir du punk…Pour vraiment revivre le punk d’époque, le mieux est de se procurer l’excellent documentaire « The Filth and The Fury » de Julien Temple.

...


1 2


Les personnalités associées à Sex Pistols
Sites consacrés à Sex Pistols
Site officiel God Save The Sex Pistols !
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
Thomaskax
Il y a 3 ans 2 mois Signaler ce commentaire
=
Danielle85
Il y a 3 ans 9 mois Signaler ce commentaire
Первая идея :)
Прошу любить и жалеть меня :)
Всем мир :)))
affopefub
Il y a 4 ans Signaler ce commentaire
=
http://derelictpropertyforsale.com/affiliates/2013_New_Cheap_NFL_Jerseys_Wholesale_From_China.html
Il y a 4 ans 2 mois Signaler ce commentaire
All Cheap Youth nfl Jerseys Wholesale for sale with different color and different size also with free shipping.
  • taylor 2
    2
  • Photo
    1
  • Tété en festoche
    1
  • LORIE
    1
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados