Rachid Taha - Ados.fr

Rachid Taha

Né le : 18 septembre 1958 (58 ans)
Nationalité : France
Label : Barclay | Genre : World

164

Victoires de la musique 2010 : Les gagnants ! Benjamin Biolay , Izia , Olivia Ruiz , Pony Pony Run Run ou encore Yodélice sont...

Mandat d'arrêt international contre Cheb Mami Le chanteur de Raï, Cheb Mami est désormais durement recherché. Le Tribunal de Bobigny a en...

Filmez des chanteurs pour la télé Après Steven Spielberg et sa recherche de la nouvelle star des réalisateurs, Canal+ va plus loin...

La biographie de Rachid Taha
Blond peroxydé et yeux bleus, Rachid Taha prend des airs aryens sur « Olé, olé » et continue à déranger. Ses sons métissés et ses textes sans mots mâchés cherchent à faire la peau au racisme et à la soumission. Celui qui, en 1982, dans « La Moda », bousculait les beurs qui se décoloraient pour rentrer dans les boîtes de nuit et préféraient le disco aux musiques de leurs racines joue un mélange de rock et de world-music et dénonce toujours les conformismes et l’intolérance de notre société. Sa devise ? Ne jamais changer de route à cause d’un nom, ne jamais changer de nom à cause d’une route. Rachid Taha a trouvé sa voix/e et ne cesse pas d’être fidèle à son identité. Rachid naît à Oran le 18 septembre 1958. A 10 ans, il débarque en France, en Alsace, puis dans les Vosges. La neige remplace le soleil d’Algérie et les enfants véhiculent le racisme de leurs parents. En 1979, Rachid Taha quitte le foyer familial et sillonne les routes de France, en V.R.P., pour placer des ouvrages de littérature française dans les maisons, derrière les portes. Puis il retrouve sa famille, qui a déménagé, dans la banlieue de Lyon. Rachid retourne chez elle et vit de petits boulots avant d’entrer à l’usine, en 1981. Mohammed et Moktar, ses collègues, jouent respectivement de la guitare et de la basse. Avec eux, Rachid Taha va se mettre à chanter. Alors que l’actualité est à l’immigration, le groupe trouve son nom : Carte de séjour. En 1982, aidé par un producteur, la formation sort un succès d’estime de quatre titres. Deux ans après, Carte de séjour sort son véritable premier opus : « Rhorhomanie », célébration du « rhorhos », cette langue de la deuxième génération d’immigrés, née du français et de l’arabe. L’album, enregistré par Steve Hillage, ancien membre du groupe Gong, est un pont entre l’Orient et l’Occident. En 1986, « Deux et demi », le deuxième album paraît. La « Douce France » de Charles Trenet fait grincer des dents dans sa version arabisée, mais la reprise est un succès. Comme l’arbre cache la forêt, « Douce France » fait de l’ombre au reste de l’opus, des morceaux en arabe. Après une tournée en Allemagne, Carte de séjour se sépare en 1989. Rachid Taha se retrouve alors à Los Angeles. Dans la Cité des Anges, les projets ne voient pas toujours le jour. Réalisée avec Don Was, du groupe Was, la maquette ne donne pas vie à un disque. Rachid Taha part se ressourcer loin des anges, sous le soleil de son Algérie natale. Là-bas, dans la chaleur de ses racines, il se remet à travailler. En 1991, Rachid Taha sort son premier album solo. L’actualité ne sert pas systématiquement la promotion médiatique. « Barbès », mis à l’écart par les radios, souffre des répercussions de la guerre du Golfe. Pour le second album, Steve Hillage retrouve l’ancien leader de Carte de séjour et se charge de la production. En 1993, « Rachid Taha » paraît, plus mordant que jamais. Les sonorités techno de « Voilà, Voilà » attirent les DJ anglais qui propulsent le morceau dans les charts spécialisés, malgré le ton politique du titre, réplique à Le Pen. « Olé, olé », plus électro, sort en 1995. L’opus continue à métisser, à mélanger guitare électrique, cithare arabe et accordéon cajun. En 1997, l'ancienne Carte de séjour devient « Carte Blanche » : Rachid Taha sort son double best of. L’année suivante, il sort un album de reprises, une nouvelle approche du répertoire oriental. « Ya Rayah », figurant sur « Rachid Taha », et devenu un tube, mérite sa place dans « Diwân ». En 1998, il sillonne à nouveau toute la France, mais plus en V.R.P. Star, il passe même de la Rochelle ou de Saint-Malo au Québec ou aux Etats-Unis. A Paris, à Bercy, Rachid Taha chante le raï avec Khaled et Faudel. Les « 1, 2, 3 Soleil »(s) se déchaînent dans une salle pleine à craquer. En 2000, après des concerts au Caire et à Alexandrie, Rachid Taha sort son nouvel album : « Made in Medina ». Une fois de plus, le mélange est savoureux. 2001 est l’année des voyages en France et ailleurs, notamment en Asie ou en Australie. Le succès est partout. Rachid Taha enthousiasme toutes les cultures, et s’enthousiasme pour elles. En 2002, toujours en voyage et dans les festivals, Rachid passe par l’Espagne et la Belgique. En 2003, il est toujours en tournée, mais prépare son prochain album. « Tékitoi ? » sort en 2004. Dans cet album, Rachid Taha identifie la guerre, le racisme, la corruption, différents maux du monde actuel, et se pose des questions personnelles.

...


1 2 3 4 5 6 7 8


Les personnalités associées à Rachid Taha
Sites consacrés à Rachid Taha
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados