Paul Simon - Ados.fr

Paul Simon

Né le : 13 octobre 1941 (77 ans)
Nationalité : Etats-Unis
Métiers : chanteur, guitariste, auteur-compositeur, acteur
Label : Warner | Genre : Pop

203

The Voice : Johanna fait sensation avec le "Sound of Silence" de Simon & Garfunkel   The Voice : Johanna fait sensation avec le Sound of Silence de Paul Simon Ce samedi...

On Stage Together, la tournée ultra demandée de Sting et Paul Simon a une date supplémentaire Dès le 24 octobre prochain, les Français pourront s’offrir les places de la...

Les mémoires de Wyclef Jean L'ex-Fugees, Wyclef Jean, s'apprête à sortir un nouvel album, trois ans après Welcome To Haiti...

La biographie de Paul Simon
L'histoire de la pop américaine et de ses songwriters a longtemps été dominée par la figure tutélaire – à la fois géniale et effrayante – de Bob Dylan. Et de nos jours, encore trop de personnalités essentielles restent sous-estimées. Si la presse rock a fait son possible pour réhabiliter des desperados au destin tragique comme Nick Drake, Tim Buckley ou Tim Hardin, l'œuvre de Paul Simon est rarement citée parmi les plus importantes des années soixante-dix. Peut-être parce qu'elle a été créée par un homme trop tranquille selon les critères pétaradants du music-business et de sa mythologie… Bien qu'il soit né à Newmark, c'est dans le quartier du Queens, à New York, que grandit le futur chanteur. Très tôt conquis par le doo-wop et le rock'n roll, en particulier Buddy Holly ou les Everly Brothers, il pousse ses premières chansons à l'âge de onze ans, avec son camarade de collège Art Garfunkel. Quelques années plus tard, le duo se baptise Simon And Garfunkel et, porté par le dynamisme du Greenwich Village, puis par l'influence de groupes californiens comme les Byrds, devient l'un des groupes les plus populaires des années 60, dont Simon est à la fois le compositeur et le parolier. « The Sound Of Silence », « Homeward Bound », « Mrs. Robinson », « America », « The Boxer » sont des classiques absolus du folk-rock. Mélodiques et subtilement arrangés, ils donnent souvent à Simon l'occasion de raconter une histoire. Cinématographiquement, des personnages perdus dans le monde moderne s'entrecroisent, finissant par livrer un portrait fragmenté de l'Amérique qui atteint son summum avec « Bookends », en 1968. En 1970, malgré un tube mondial (« Bridge Over Troubled Water »), le duo finit par se séparer et ne se reformera que très ponctuellement. Déjà, du temps de Garfunkel, Simon s'intéressait aux musiques du monde. Et l'on pouvait trouver sur leurs albums des traces de bossa-nova (« Punky's Dilemna ») et, plus tard, de samba (« Cecilia ») et de musique des Andes (« El Condor Passa »). Il ne lui restait plus qu'à franchir un petit pas pour inventer la world-music. C'est chose faite dès 1972 avec son premier album éponyme, où l'on croise à la fois le violon manouche de Stéphane Grappelli, les flûtes péruviennes de Los Incas et quelques-uns des meilleurs musiciens jamaïcains du moment. Bien avant Clapton et Gainsbourg, Simon est en effet le premier musicien blanc célèbre à faire le voyage jusqu'à Kingston pour enregistrer un morceau de reggae, le superbe « Mother And Child Reunion ». Au milieu de ce grand mélange, Simon parvient avec une aisance déconcertante à maintenir constamment sa propre patte de narrateur paisible et mélancolique, capable de tirer une chanson folk de n'importe quel style musical. « There Goes Rhymin' Simon » (1973) le voit revenir à des sonorités plus « étasuniennes », mais toujours marquées par le Grand Sud. Les influences cajun et gospel plantent ce disque droit dans les bayous de la Nouvelle Orléans, non sans quelques classiques comme « Kodachrome » ou « Loves Me Like A Rock ». Puis, après une tournée mondiale, le chanteur s'interrompt un moment, miné par son divorce. Son retour à la chanson avec l'album « Still Crazy After All These Years » est donc plutôt pessimiste, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser… Il contient notamment une vraie-fausse profession de cynisme sur fond de bossa : « 50 Ways To Leave Your Lover », l'un de ses meilleurs morceaux. Les années suivantes sont marquées, à plusieurs titres, par le cinéma. Il joue dans « Annie Hall » (1977) de Woody Allen, épouse Carrie Fisher, la Princesse Leia de « Star Wars » et se lance dans « One-Trick Pony » (1980), un film pour lequel il est à la fois scénariste, acteur principal et compositeur. En dépit du mini-tube « Late In The Evening », essai réjouissant de samba funky, l'album et le film sont des échecs commerciaux, de même qu' « Hearts And Bones » (1983). Comme beaucoup de musiciens de sa génération, Paul Simon est dans le creux de la vague et refuse de sombrer dans des compromis comme « Let's Dance » de David Bowie ou « Say Say Say » de Paul McCartney et Michael Jackson. Après un nouveau divorce, le songwriter décide donc de reprendre la route, ce qui le conduit en Afrique Du Sud. Là-bas, il découvre les musiques traditionnelles des townships noirs : le mbaqanga, mêlant le swing américain aux percussions zouloues et le mbube, chant choral qui ne va pas sans rappeler les racines du gospel. Comme Johnny Clegg à la même époque, il décide de mêler ces styles à une bonne dose de pop, et publie « Graceland » en 1986. Enregistré avec de grands noms de la musique africaine comme Ladysmith Black Mambazo ou Stimela, mais aussi avec ses amis (Linda Ronstadt, Los Lobos) et ses idoles de toujours (les Everly Brothers), ce disque est une véritable bombe ! Politiquement, c'est un nouveau défi lancé à l'apartheid. Et musicalement, c'est une pure merveille : sans abandonner une seule seconde sa manière si spécifique de raconter les choses, Simon parvient à fondre totalement ses diverses inspirations pour créer une musique nouvelle. « The Boy In The Bubble », « Graceland », « Diamonds On The Soles Of Her Shoes », « Homeless », « You Can Call Me Al »… chaque morceau trace sa propre voie, ouvre de nouvelles portes. On est bien loin du très surestimé « So », de Peter Gabriel qui, à la même époque, confondait World Music et occidentalisation (contrairement à ce qu'il avait fait sur ses quatre premiers disques, qu'on ferait bien de réécouter, eux…). De nouveau sous les feux de la rampe, Paul Simon fait une tournée mondiale en compagnie de Miriam Makeba, puis prend un avion pour le Brésil où il enregistre son album suivant « The Rythm Of The Saints » (1990). La liste de ses collaborateurs est à nouveau prestigieuse, de JJ Cale à Milton Nascimento, mais le disque est boudé par la critique, qui lui préfère son prédécesseur. Le chanteur entame alors une nouvelle traversée du désert. Tel Citizen Kane, il s'achète un prestigieux lieu de retraite : le Brill Building, mythique bâtiment new-yorkais où officiaient de grands compositeurs pop du début des sixities : Neil Diamond, Jerry Goffin, Carole King, Barry Mann, Neil Sedaka… Et il reste silencieux jusqu'en 1998. Toujours très ambitieux, à sa manière, il s'essaie alors à Broadway avec une comédie musicale : « The Capeman », racontant la vie et la rédemption d'un jeune criminel portoricain. Cette fois-ci, la critique l'assassine, malgré les qualités musicales et artistiques de son propos. Et l'album « Songs From The Capeman » ne reçoit guère d'écho… Depuis le début du millénaire, Paul Simon est à nouveau saisi de verve créatrice et recommence doucement à séduire les médias. Après un disque calme et discret, « You're The One » (2000), qui ne livre ses secrets qu'avec le temps, il a publié en 2006 le bien nommé « Surprise ». Enregistré avec un spécialiste international de la remise en selle, Brian Eno, il s'avère d'une inventivité et d'un lyrisme constants. Simon s'y montre fidèle à ce timide fil vocal qui a fait sa marque de fabrique. Seul l'âge, semble-t-il, a apporté à son chant une dimension tragique qu'il avait jusqu'ici davantage tendance à esquiver pudiquement.

...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14


Les personnalités associées à Paul Simon
Sites consacrés à Paul Simon
Le Site Officiel Extraits et versions intégrales des chansons de son album "Surprise".
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
crazydoc
Il y a 7 ans 1 mois Signaler ce commentaire
forever young songs...
  • Photo
    1
  • the fratellis
    1
  • Photo
    1
  • 1
  • shy'm
    1
  • Photo
    2
  • Photo
    2
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados