MC Solaar - Ados.fr

MC Solaar

Vrai nom :Claude M'Barali
Né le : 05 mars 1969 (48 ans)
Nationalité : France
Label : East West | Genre : Rap, Hip-Hop

Les Enfoirés reviennent à la télé le 13 mars ! Baptisé cette année "Les Enfoirés prennent la route", le concert de la...

Ophélie Winter se marie demain... à Las Vegas ! Sûr que demain Ophélie Winter va passer une très bonne journée : elle...

Star Academy 8, à l'école de la modestie Après le retour en bus à l'hôtel de Brossier, les élèves...

Solidays 2008 : 10 ans ça se fête ! Reportage vidéo   Plus de 160 000 personnes ! Le dixième anniversaire des Solidays a...

La biographie de MC Solaar
Nourrie depuis les troubadours de la richesse des mots et des rimes, la chanson française ne pouvait que s'emparer de ce rap a priori si lointain. Encore fallait-il que l'homme inspiré arrive. Et, ô ironie de l'histoire, il nous vint du Tchad, via le Sénégal. Une bonne petite claque aux esprits étroits qui, trop nombreux dans l'Hexagone, feignent de croire que la culture française s'est toujours nourrie d'elle-même. Dans chaque morceau, c'est une leçon de français que nous donne MC Solaar l'Africain. Né à Dakar de parents tchadiens le 5 mars 1969, Claude M'Barali alias MC Solaar est arrivé à l'âge de 6 mois à Saint-Denis en banlieue parisienne. Son père retourne au Tchad après ses études. C'est à sa mère, aide-soignante, que revient la charge de l'élever. A Villeneuve Saint-Georges, autre ville de banlieue où sa famille s'est installée, le futur rappeur grandit. On le dit doué pour le football. Au collège, il ne s'attarde pas sur ses devoirs, son excellente mémoire faisant une bonne partie du travail. A l'âge de 12 ans, il se rend chez un de ses oncles, établi au Caire en Egypte. Il est inscrit à l'école française où il reste neuf mois. Lui-même dit que ce séjour lui a ouvert l'esprit surtout lors de son retour en France. Il passe le baccalauréat et commence des études d'anglais, d'espagnol et de russe. "Bouge de là" Depuis longtemps il écoute de la musique et surtout du rap. Quant à son nom, il le tient de cette époque où avec de gros feutres ou des bombes de peinture, il signait SOAR puis SOLAAR sur les murs. Il "taggait". Durant l'été 1990, avec son acolyte Jimmy Jay, il commence à enregistrer des maquettes dont le fameux "Bouge de là". Le disque sorti, il décroche la cinquième place du Top 50 français et remporte une Victoire de la Musique. En septembre 1991, MC Solaar passe en première partie du groupe rap américain De La Soul à l'Olympia de Paris. Sorti fin 91, l'album "Qui sème le vent récolte le tempo" se vend à 400.000 exemplaires. Le rap qu'il pratique est mélodieux, ses textes sont finement ciselés, emprunts de poésie, et truffés de jeux de mots. On connaît MC Solaar comme grand amateur de littérature, insatiable lecteur de journaux et collectionneur de dictionnaires. En décembre 1991, il participe à la grande opération d'Amnesty International, "30 films contre l'oubli" à l'occasion des 30 ans de l'organisation. Il est filmé avec le groupe de raggamuffin français Saï Saï, par le cinéaste Costa Gavras pour la libération de Kim Song Man, prisonnier politique sud-coréen. En mai et juin 1992, il effectue une tournée en Pologne et en Russie. En décembre de la même année, ce sont douze pays de l'Afrique de l'ouest qui l'accueillent pour une série de concerts. Ses collaborations avec d'autres artistes sont multiples, que ce soit avec son ami Jimmy Jay pour son album "Cool Sessions" avec le titre "Et Dieu créa l'homme" en avril 93, ou avec l'Américain Guru pour un duo intitulé "Le bien le mal" en juin de la même année. Boarder-breaker Sorti en février 94, son deuxième album "Prose Combat" se vend à environ 800.000 exemplaires dont 100.000 en 10 jours. Le rappeur démarre alors une vraie carrière internationale. Le disque est disponible dans 20 pays, dont les marchés anglo-saxons réputés fermés aux artistes français. Sont extraits de ce deuxième opus des titres comme "Nouveau Western", véritable tube, puis "Obsolète" et enfin "La Concubine de l'Hémoglobine", titre phare qui rend compte du regard de MC Solaar sur le monde. En février 95, il est récompensé, lors du palmarès des 10èmes Victoires de la Musique française comme meilleur interprète masculin. Jusqu'à la fin de l'année, il effectue une tournée française et européenne. Quelques dissensions entre le rappeur et Jimmy Jay précipitent la rupture entre les deux. Ce dernier ne termine pas la tournée et Solaar est obligé de le remplacer au pied levé. En juin 1997, sort le troisième album du chanteur, "Paradisiaque" dont il a écrit les textes sur des musiques de Hubert Blanc-Francard, dit Boom Bass, et Philippe Zdar, rebaptisé la Funk Mob mais en l'absence, pour la première fois, de Jimmy Jay. Passionné par le verbe, il paraît vouloir s'inscrire dans la lignée d'auteurs-interprètes comme Serge Gainsbourg plutôt que dans celle des rappeurs tchatcheurs préoccupés par la réalité politique et sociale contemporaine comme NTM ou IAM. Se démarquer du phénomène rap semble pour lui très important. C'est au Zénith à Paris, les 9 et 10 janvier, que MC Solaar démarre sa tournée 98. Entouré d'un DJ et de nombreux danseurs, le chanteur présente un nouveau spectacle à la scénographie très sophistiquée, très poétique, plus proche de Ce son imaginaire personnel. Pour la première partie, il fait appel à un ami d'enfance, musicien et chorégraphe, Bambi Cruz. Ce dernier est d'ailleurs le premier artiste que Solaar produit sur son tout jeune label, Sentinelle Nord. Le 11 mai 98, MC Solaar est sur la scène de l'Olympia à Paris et en profite pour enregistrer son premier album live. Deux jours plus tard, on le retrouve à Cannes lors du 51ème Festival International du Film. Cinéphile éclairé, Mc Solaar est en effet convié à faire partie du Jury de la compétition officielle. Prestigieuse fonction, d'autant plus que, cette année-là, le président de ce jury n'est autre que le réalisateur américain Martin Scorcese. Solaar pleure Après avoir chanté "le Tour de la question", le chanteur MC Solaar se sépare d'Ophélie Winter en décembre 2000 après quatre années de passion médiatique. Suite à cela, il commence à écrire un nouveau disque dont un premier single sort à la fin de l'année, "Solaar pleure". Parallèlement, le chanteur ouvre un site du même nom (www.solaarpleure.net). L'album "Cinquième as" sort en février 2001. Solaar en est lui-même le directeur artistique et choisit de travailler avec des compositeurs inconnus : DJ Mac, DJ Curser et DJ Sample. Les textes quant à eux, oscillent entre légèreté, version dansante ("Baby love" ou "Hasta la vista") et gravité ("Colonies" ou "Arkansas"). Il tente dans cet opus de se repositionner, de revenir à un rap plus dur (le premier simple sorti s'intitule "Solaar pleure"), même si de son propre aveu, il ne peut et ne veut se transformer en un personnage dur, uniquement viril et flambeur, à l'instar de ses camarades rappeurs. Quelques mois après la sortie de "Cinquième as", le chanteur commence une tournée française qui passe par le Zénith parisien les 14, 15 et 16 novembre et présente un véritable show. Cette série de concerts vient couronner le succès du MC. En effet, les deux simples "Hasta la Vista" et "RMI" ont permis à l'album de se propulser dans les 10 premières ventes d'albums en France dès septembre. Solaar vend ainsi plus de 500.000 exemplaires de "Cinquième as" en six mois. Ce retour sous les feux de la rampe, repositionne Solaar comme un des artistes français majeurs dans le domaine de la variété, version rap, même s'il est souvent critiqué les rappeurs purs et durs. Variété En 2002, on voit l'artiste aux côtés de la troupe des Enfoirés à Marseille, pour les concerts annuels au profit des Restaurants du Cour. Puis, la nouvelle tombe en début d'année que Solaar travaille sur un projet de comédie musicale qui se nommerait "L'Enfer des Anges". La bataille que le rappeur menait depuis 5 ans contre son ancienne maison de disques Polydor, filiale à l'époque de Polygram devenue par la suite Vivendi-Universal se solde en avril par la victoire de Solaar. Il réclamait depuis le 1er septembre 97 que ses quatre premiers albums ne puissent être commercialement exploités par cette compagnie. Le tribunal la condamne à cette occasion, à verser des dommages et intérêts ainsi qu'un arriéré de salaire et de redevance à l'artiste.

...



Les personnalités associées à MC Solaar
Similaires Tonton David, Faudel
Collaborations Missy Elliott, Kery James, Faudel, I Muvrini, Gilles Lellouche
Inspirations Abd Al Malik
Amis/Famille Ophélie Winter
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
les rap française
Il y a 5 ans 4 mois Signaler ce commentaire
j'aime b1 toutes chansons de mc,surtout les ancien
yugoburn
Il y a 5 ans 8 mois Signaler ce commentaire
MC SOLAAR, c le declick de mon googol!! dommage, il a arrété de produire des disck !! L'AS de Pique !
paskalle4
Il y a 6 ans 1 mois Signaler ce commentaire
C'est l'apothéose cette chanson !
motega
Il y a 6 ans 1 mois Signaler ce commentaire
la plume est une grande richesse et sa maitrise avec tes rimes m'a tellement inspiré qu'en 1997 j'ai commencé à suivre tes traces en interprètant d'abord ton repertoire,puis à décortiquer le style,la manie de l'art,le jeux des mots,les parodies,le texte etc...et aujourd'hui je suis d'avoir pu suivre la bonne piste pour etre ce que je suis aujourd'hui ''un rappeur Tchadien qui fait mal dans les écrits''meme on nous dit ''pas harcore'' merci grand frère...je suis au sénégal pour mon album et je continue par prendre des leçons de tes expériences...
  • Photo
    3
  • Tété en festoche
    1
  • Raphaël
    1
  • saez
    1
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados