Madness - Ados.fr

Madness

Nationalité : Grande-Bretagne
Label : Virgin | Genre : Ska

125

Nouvelle Star : Le résumé du troisième prime Il reste encore neuf candidats en course. François ouvre le bal avec...

Le coup de coeur de la semaine : College Rock Stars « Toute musique qui ne peint rien n'est que du bruit. » - Jean le Rond...

Rock en Seine 2009: Amy, Oasis, Sliimy...! Comme chaque année, Rock en Seine aura lieu pendant 3 jours, au Domaine National de Saint...

La biographie de Madness
C'est grâce au nutty sound ultra vitaminé de Madness qu'un très large public a pu découvrir à la fin des années 1970, les rythmes endiablés et ambiances festives du ska. L'histoire de Madness démarre en 1976, lorsque Mike Barson (organiste), Cathal Smith (chanteur et trompettiste), Lee Thompson (saxophoniste), Chris Forman (guitariste) décide de fonder un groupe de ska, le chanteur étant particulièrement fan du grand chanteur jamaïcain Prince Buster. A l'époque, la formation s'appelle « The Invaders », mais quand Graham Mc Pherson (chanteur), Daniel Woodgate (batteur) et Mark Bedford (bassiste) viennent renforcer les troupes, le groupe prend alors le nom de Madness, en hommage à un titre de Prince Buster. En 1979, Madness commence à se faire repérer lors d'une tournée où ils font la première partie de The Specials, chefs de file du ska british. Le groupe publie ensuite son premier 45T, « The Prince », toujours en référence au fameux musicien jamaïcain, mais va surtout cartonner grâce au morceau instrumental déjanté qui se trouve en face B du 45T, « One Step, Beyond ». Le ska décapant et le saxo déchaîné de « One Step, Beyond ». font un tabac et le groupe décide d'intégrer ce tube dans la track-list de leur premier album éponyme qui sort en 79 et campe en tête des charts. Mais le succès de Madness apporte aussi au groupe son lot de problèmes en tout genre, notamment le fait que la jeunesse anglaise fascisante s'est réapproprié « One Step Beyond » et en fait son hymne. Du coup, le doute subsistera pendant quelques temps quant à la nature des idées politiques de Madness, qui devra longuement s'expliquer en interview, afin de contester cette fâcheuse réputation de groupe de ska fasciste. Finalement, c'est via la musique que Madness clouera le bec à ses détracteurs, en leur balançant la chanson « Don't quote me on that ». que l'on peut écouter sur le mini-album « Work, Rest and Play » paru en 1980. De plus, le groupe s'engage dans les 80's aux côtés de Greenpeace, du Parti Travailliste anglais ou de l' association anti-apartheid, « Artists Against Apartheid ». Malgré ces bruits couloirs fort désagréables, Madness continue à enchaîner les succès, avec un nouvel opus, « Absolutely » qui sort en 1980 et devient disque de platine, et une autre galette en or, « Seven », paru un an après. En 1982, Madness publie déjà un best-of ainsi qu'un nouvel album studio, « The Rise and Fall » où l'on peut retrouver le hit « Our House ». Mais à la fin de l'année 1983, Mike Parson, le compositeur de génie qui a propulsé Madness en tête des ventes, met les voiles. Le groupe continue sa route sans Mike mais n'arrive plus à retrouver l'énergie et la qualité de composition des albums précédents, enchaînant disques un peu fadasses et bides commerciaux. En 1986, Madness finit par splitter avant de revenir sur les devants de la scène deux ans après sous le nom de « The Madness ». Il manque plusieurs membres du collectif historique dans cette nouvelle formation qui n'arrive pas vraiment à s'imposer dans les bacs comme auprès du public nostalgique des tubes d'antan. Du coup, « The Madness » cesse ses activités musicales en 1989. Heureusement, il existe une méthode ultra efficace pour renouer avec le succès : la fameuse compilation. C'est ce qui arrive à Madness quand paraît en 1992 la compile « Divine Madness ». Le groupe se reforme exceptionnellement la même année pour donner un concert unique à Finsbury Park. Après la sortie de nombreux live et autres best-of, Madness surprend son monde en se rabibochant et en publiant un nouvel album, « Wonderfull » en 1999. Deux ans plus tard, le groupe se réunit une fois de plus pour célébrer leurs 25 années de bons et loyaux services envers l'industrie du disque. Madness décide ensuite de préparer un disque de reprises ska et raggae qui sort en 2005 sous le nom de « The Dangermen Volume 1 ».

...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15


Les personnalités associées à Madness
Sites consacrés à Madness
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
  • taylor 2
    2
  • Photo
    1
  • Tété en festoche
    1
  • LORIE
    1
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados