Les Têtes Raides - Ados.fr

Les Têtes Raides

Nationalité : France
Label : Tôt ou tard | Genre : Scène française

149
Les interviews de Les Têtes Raides

Le retour électrique des Têtes Raides - Voir la fiche artiste Têtes Raides Ados : Pourquoi avez-vous choisi « Fragile » comme...

La biographie de Les Têtes Raides
Du punk surréaliste à la chanson expressionniste en passant par les arts graphiques, le cirque et le théâtre, les Têtes Raides n'ont jamais manqué d'inspiration, de sincérité, d'énergie ou de poésie pour nous offrir des albums à la fois festifs et touchants, graves et insouciants, où l'engagement citoyen comme leur amour des gens sont le cœur battant d'une musique sans concession. L'histoire des Têtes Raides est inséparable d'un collectif de graphistes, dessinateurs et peintres habiles et malins appelés les Chats Pelés, fondé en 1984. Les trois amis pelesques s'appellent Benoît Morel (qui fera partie de la Tordue), Lionel, et Christian Olivier. Ce dernier fonde au même moment un groupe avec Grégoire Simon au saxophone et Cali à la basse qu'il va appeler les Red Tet, un nom anglais pour un répertoire rock et électrique sous influences anglo-saxonnes, des Stones à Chuck Berry. Déjà à l'époque, leur prestation scénique flirte avec le théâtre.Les Red Tet jouent dans les bars, les bals de quartiers et aussi dans la rue. Côté musique pas de problème, mais il manque du texte et Christian Olivier se met à l'écriture tout en lorgnant de plus en plus vers l'accordéon. En 1987, le groupe opère de nouveaux changements : les Red Tet deviennent Têtes Raides et la famille s'agrandit avec de nouveaux musiciens. Les Têtes Raides nouvelle version se font remarquer en 1989 avec l'album « Not dead but bien raides ». Avec une pochette en carton, des textes parfois amers mais toujours énergiques et une musique multiformes qui part dans tous les sens, ce premier disque des Têtes Raides annonce la liberté musicale, l'originalité et la créativité sans borne qui habiteront les albums suivants. En 1990, les Têtes Raides qui comptent maintenant six personnes (en plus des trois membres fondateurs se sont ajoutés Jean-Luc Millot à la batterie, Serge Bégout à la guitare et Anne-Gaëlle au violoncelle), sortent « Mange tes morts » dont les arrangements tendent de plus en plus vers l'acoustique, portés par la voix féminine nouvellement arrivée. Inspérables des Têtes Raides, Les Chats Pelés font la pochette de ce deuxième opus et feront les pochettes de tous les albums suivants. Infatigables, les Têtes enchaînent concerts et nouvelle session en studio pour sortir un troisième disque, « Les Oiseaux » où la guitare électrique s'est fait la malle définitivement. Sur scène, les Têtes Raides intègrent des éléments puisés dans le monde du cirque de l'art dramatique. On n'arrête plus les Têtes Raides qui enregistrent album sur album, sans jamais se répéter, mais en apportant à chaque fois de nouvelles idées. Avec un septième compère aux cuivres et au piano, le groupe produisent « Fleurs de yeux », où la fanfare fait rage dans pleins de chansons. Après avoir invité Prévert sur « Mange tes morts », les Têtes Raides mettent en musique Henri Michaux, Cocteau ou Fernand Pessoa. « Fleurs de yeux » fait sensation auprès du public comme de la critique qui s'était cependant déjà entichée des Têtes Raides au moment de « Not dead but bien raides ». Mais le « Bout du toit » sorti en 1996 fera complètement chavirer les critiques encore réticents. Pour « Hermaphrodite », l'un des titres figurant sur cet album, Têtes Raides font place à un nouveau musicien, Jean Corti, l'accordéoniste de Brel, qui reviendra souvent jouer avec le groupe. En 1997, Têtes Raides décident d'immortaliser leur musique en concert en sortant leur premier album live, « Viens » où l'on peut retrouver l'énergie, la spontanéité, l'ambiance chaleureuse, et les moments d'émotion que l'on vit à chaque moment passé en compagnie du groupe. En 1998, Têtes Raides sortent « Chamboultou », un album aux textes plus engagés que dans les albums précédents. Puis en 2000, les Têtes Raides sortent l'album « Gratte-Poil » où l'on peut retrouver « L'Iditenté », un titre très engagé pour la cause des sans papiers, où participe le groupe Noir Désir. Amoureux de la scène et du contact avec le public, les Têtes Raides repartent comme toujours en tournée dans toute la France après la parution de leur disque. Vivement impliqués dans ce qui se passe autour d'eux, concernés par la situation sociale, culturelle, économique et politique de part le monde, les Têtes sont les instigateurs de nombreuses mobilisations en musique pour contester, dénoncer, ou soutenir, au nom de la solidarité, de l'entente entre les peuples et de la liberté pour tous. Ainsi, en apprenant les résultats du premier tour des élections présidentielles en 2002, les Têtes Raides se mobilisent et organisent des concerts impromptus en réaction à la montée de l'extrême droite et des idées fascisantes. Noir Désir, Yann Tiersen les accompagnent à l'occasion dans ces concerts de protestation. En 2003, les Têtes Raides sortent « Qu'est-ce qu'on se fait chier » et organisent une pétition, « Avis de K.O social » pour lutter contre les réformes réactionnaires et la politique gouvernementale. Java, Kent, Yann Tiersen, Bombes 2 Bal et Rodolphe Burger se joignent à eux et des concerts de soutien se montent au Printemps de Bourges 2004, réunissant Blankass, Bénabar, Sergent Garcia, Rachid Taha ou encore les Fabulous Troubadours. Les Têtes Raides créent aussi au Bataclan, des lundis de « libre circulation » où ont lieu des débats réunissant des associations pour la défense des immigrés et des sans papiers ainsi que des collectifs de lutte contre le sida. Les Têtes Raides sensibilisent aussi leur public pendant les concerts, notamment sur le statut des intermittents du spectacle et sur l'environnement, un sujet qui leur tient aussi beaucoup à cœur. Fin 2005, les Têtes Raides sont de retour avec « Fragile », un album où les guitares électriques reviennent en force, et où l'engagement citoyen reste l'une des priorités de ce groupe toujours en action. On peut aussi retrouver les poèmes surréalistes pleins de fantaisie et de magie des Têtes Raides en librairie avec "Têtes Raides" de Jean-Philippe Gonot, publié aux éditions Seghers.

...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18


Les personnalités associées à Les Têtes Raides
Sites consacrés à Les Têtes Raides
Le site du groupe // Interview des Têtes Raides A lire, l'interview des Têtes Raides sur Ados.fr
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados