Kool And The Gang - Ados.fr

Kool And The Gang

Nationalité : Etats-Unis
Label : Polygram | Genre : Funk

319
La biographie de Kool And The Gang
Kool and the Gang, c’est sûr que ça fait mieux que « Robert et son groupe ». Ça fait même super classe, genre « nous on est des musicos funky et groovy, alors viens lire un peu cette biographie ! » Robert Bell (le fameux Kool) et son frère Ronald (qui se fera ensuite appeler par son nom arabe Amir Bayyan) créent en 1964 avec deux amis du coins les Jazziacs (ils ont alors tous entre 14 et 16 ans), un quartet de jazz traditionnel qui tourne dans des clubs du New Jersey pendant plusieurs années. Le père de Robert et Ronald, un boxeur professionnel fou de jazz et ami de Thelonious Monk, les y encourage. Le quartet s’agrandit et les concerts comptent désormais Robert à la basse, Ronald au saxo et clavier, Clifford Adams au trombone, Charles Smith et Woody Sparrow aux guitares, Robert "Spike" Michens à la trompette, Dennis Thomas au saxo alto, Ricky West aux claviers et Funky George Brown à la batterie. Les temps changent doucement, et le groupe de jazz doit s’adapter et se mettre au son plus funk de Sly and the Family Stone et James Brown. Les Jazziacs troquent leur nom pour Soul Town Band et jouent à Greenwich Village (non, pas celui du méridien : à New York), puis passent de Kool & the Flames à Kool and the Gang (ça va durer encore longtemps ce petit jeu ? Non, rassurez-vous, c’est fini, c’est Kool and the Gang pour de bon). En 1970, ils créent leur propre label, De-Lite, et produisent leur premier album éponyme. Ils rencontrent un premier succès, modeste mais prometteur. Mais Kool and The Gang, c'est avant tout des bêtes de scène, alors quoi de mieux que de sortir deux albums live pour faire bouger le public et les attirer aux concerts ? « Live at the Sex Machine » et « Live at PJ’s » paraissent en 1971, avec notamment une reprise saluée de « Walk on by » de Dionne Warwick. Les fans se font de plus en plus nombreux. La consécration vient en 1974 avec « Wild and Peaceful », un album brut et qui remue, avec des titres comme « Funky Stuff », « Hollywood Swinging » et surtout « Jungle Boogie ». Mais à la même époque débarque le disco, et au début ce n’est pas leur truc, au Kool and the Gang. Eux, ce sont des bons musiciens qui maîtrisent les instruments. Le disco est plus un arrangement entre des voix et des pros du son. Mais qu’à cela ne tienne, ils ont gagné un Grammy Award pour « Open Sesame », tout droit sorti de la BO de « Saturday Night Fever » (allez, tout le monde sort les pattes d’éph’ !) et ne comptent pas s’arrêter là. Ils engagent deux chanteurs Earl Toon Jr. et, surtout, James (JT) Taylor, et un nouveau producteur de pop/jazz, Eumir Deodato. Ce Kool and the Gang au complet sort « Ladies Night » en 1979. Deodato y a simplifié et adouci les arrangements jazz du groupe, et la voix de ténor de JT Taylor fait le reste. « Ladies Night » et « Too Hot » font un malheur… L’album suivant, « Celebration », est leur plus grand succès (non, non, je ne parle pas de la boîte avec plein de petits bonbons au chocolat dedans, mais de chansons). On vous ravive la mémoire : « Celebrate », « Take my heart », « Joanna », « Let’s go dancing »… comptent encore parmi les incontournables de la fête aujourd’hui… Déferlent ensuite des succès comme « Fresh », « Cherish » ou « Get down on it », emmenant le Kool and the Gang en tournée aux USA et en Europe. L’album « Something Special » sort en 1981, puis vient « As One» un an plus tard. En 1987, après la sortie de « Forever », JT Taylor quitte le groupe pour une carrière solo peu remarquée. Sans lui, ils sortent l’album « Sweat ». Kool and the Gang se lance ensuite dans la reprise de leurs vieux tubes en tournée, jusqu’en 1996, où Taylor revient pour « State of affairs », qui passe assez inaperçu malgré des morceaux bien ficelés et des paroles plus riches que sur les précédents albums. Ils sont aujourd’hui 5 dans le groupe pour ravir le public, particulièrement en Asie, où ils sont très suivis : Robert et Ronald Bell (Amir Bayyan), George Brown, Dennis Thomas et Charles Smith. En 2004 a paru « The Hits reloaded », un album avec de nouvelles versions de leurs tubes par des artistes de renommée internationale, comme Sean Paul, Blu Cantrell, Jamiroquai, Jimmy Cliff ou Lisa Stanfield. Même si certains titres de ce double-album sont un peu décevants, des reprises de « Jungle in my house » et « Serious » et les deux nouveaux morceaux de Kool and the Gang : « Jazziacs at the Kool Jazz Cafe » et « Stressin ». « Still Kool », leur tout dernier album, est un mélange de tout ce qu’ils savent faire : jazz, funk et pop, naturellement, mais aussi reggae et même un peu de country ! Ils réfléchissent aussi pour une potentielle comédie musicale qui s’intitulerait « Ladies Night » et ne font pas moins d’une cinquantaine de concerts par an !

...



Les personnalités associées à Kool And The Gang
Similaires Earth, Wind and Fire, Stevie Wonder
Collaborations Ashanti
Inspirations Cunnie Williams, James Brown
Sites consacrés à Kool And The Gang
Kool and the Gang site officiel
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
salba
Il y a 3 ans Signaler ce commentaire
merci de la venue du Groupe KOOL And The Gang, chez nous en Nouvelle-Calédonie dans le Pacifique.
Les 2 concerts auxquels j'ai eu le privilège d'y assister, étaient vraiment supers ; c'était du vrai professionnalisme.
merci encore à tout le groupe qui était venu sur notre Ile perdu dans l'immensité de l'Océan Pacifique. Mon seul regret : j'n'ai pas pu me prendre en foto avec eux. Bisous
  • taylor 2
    4
  • amel bent
    2
  • moi j'ai pas
    4
  • shy'm
    3
  • Photo
    2
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados