Juliette - Ados.fr

Juliette

Vrai nom :Juliette Noureddine
Née le : 25 septembre 1962 (55 ans)
Nationalité : France
Métier : chanteuse
Label : Polydor | Genre : Scène française

325

Julien Doré: Son duo avec Cindy Sander... si si! Entre ressortissants de la Nouvelle Star, on se comprend! Enfin, même si...

La quatrième de Musik'Elles ! 200 chanteuses sont attendues. Au programme  cette année, du beau monde avec entre...

La biographie de Juliette
« Faudrait se lever un peu tôt Pour stopper mes petits marteaux Et pour m'écarter de ces touches, Qu'avec des airs de Sainte-Nitouche, Je flatte d'un diminuendo, Mi ré mi sol fa mi ré do. » Petite fille au piano, les cheveux longs dans le dos, l’air innocent d’une fillette née dans une famille normale, avec un papa musicien au Capitole de Toulouse, gourmande et gourgandine, fomentant des révoltes dans un coin caché de son cerveau, déjà, à 7 ans, en 1969, voici Juliette courbée sur son piano. Juliette Noureddine doit son nom à un grand-père venu de Kabylie et un solide appétit pour les choses de la vie, peut-être, du reste de sa famille limousine. La discographie paternelle est une mine. Le clarinettiste écoute Brel, Debussy, Ravel, joue avec Pierre Boulez, aime Bobby Lapointe. Adolescente, Juliette se nourrit de ses influences, écrit des nouvelles, plonge dans les romantiques et se vautre avec délectation dans les écrits des symbolistes et des décadents du 19ème siècle. Baudelaire, c’est bien. Rachilde, Huysmans, Jean Lorrain, c’est encore mieux. Les « Fleurs du Mal » sont des fleurs embaumées, essence de tubéreuse pour étouffer les odeurs de cadavre. Masculin-Féminin, Juliette aime les ambiguïtés et à 15 ans, elle chante dans l’un de ses premiers titres : « Ce soir, je couche avec Chopin ! ». Modeste, elle se rabat sur Georges Sand…Il semble que la belle ne lui ait pas dit non. « Ah, qu'on leur permette Col dur et gourmette La rose ou le ring Gourmette et smoking L'ombre ou bien le socle Smoking et monocle Le pur sous l'impur Monocle et col dur » Juliette a fait un court passage par l’université mais désormais, au tout début des années 80, elle se produit dans des cabarets toulousains. Interlope et décalé, ce monde de la nuit la retient et elle séduit un public conquis dès ses premières prestations. Elle fait un duo avec Léon, l’accordéoniste, et parfois, ils se produisent dans les rues. Voilà qui aurait plu à la môme Piaf, cette gouaille, cet humour, cette liberté. Juliette est une femme qui chante, une femme touchante. « J'adore ton cœur à qui je suis vouée. Qui peut en douter ? Mais plus encore, autant te l'avouer, Ton sein velouté. » Ils ont la voix des poètes d’Outre-Tombe et pourtant, il y a 20 ans, ils étaient bien vivants. Nougaro, Ferré, les plus grands. Juliette assure leurs premières parties. Les années passent, filent les ans. Au début des années 90, Juliette se produit désormais un peu partout. Seule au piano, au théâtre d’Ivry, au Québec, en Allemagne, aux Francofolies. Juliette déroule sa « clé des songes » et peu à peu on lui déroule un tapis de plus en plus rouge. Pierre Philippe croise sa route et marche sur ce tapis. A eux deux, le tapis se fait magique et s’envole jusqu’en 1993, en une ascension « Irrésistible ». « Je suis irrésistible Comme Satan me l'a dit Sous ma taille flexible Ce corpus delicti Est un fruit comestible. » L’Académie Charles Cros récompense le disque. Juliette chante ses « Petits Métiers » à un Frédéric Dard hilare et médusé. Elle se lance dans « L’Un Porc Ex-Porc » avec quelques copains et célèbre le saint-porcin (Saint-Pourçain ?) en composant cette ode mémorable « Tout est bon dans le cochon ». Sur scène, diva en robe rouge, elle chante les amours troubles de Monsieur Vénus. Côte d’Adam, trouble d’Eve, délicieux grognements, l’univers de Juliette est troublant. « Tout est bon dans le cochon Du groin jusqu'au jambon, c'est bon. La rate et les rognons, La queue en tire-bouchon, c'est bon. » Cochon qui s’en dédie, pas Juliette et ses amis. Comme Barbara avant elle, elle se fait appeler « Patronne » et est toujours accompagnée sur scène de ses hommes : Didier Goret, Karim Medjebeur, Franck Steckar…des musiciens chevronnés et des entertainers décomplexés. Accessoirement, comme en 1996, elle rajoute à cette joyeuse troupe les accords de l’Ensemble Orchestral des Hauts de Seine puis parfois, elle se recueille en un tête à tête scénique et dépouillé avec son comparse de toujours, le pianiste Didier Goret. « Je veux vieillir en ouragan, Avant que tout ne soit foutu, Vieillir en termes trépidants, Avant que de n'exister plus... » Juliette a de la chance. Après seulement 15 ans de carrière, elle se voit récompensée d’une Victoire de la Musique…Mais voilà l’Olympia et ce nouvel opus, « Assassins sans couteaux ». L’état la bombarde Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et l’industrie du disque la courtise enfin. Fatale erreur, Polydor lui offre des roses. C’est mal la connaître, quelques bonnes bouteilles millésimées l’auraient plus facilement convaincue. Finalement, Circé intraitable, elle signe un contrat à la condition expresse de sa liberté absolue. On ne retient pas de force une magicienne. L’idée fait recette, plutôt que de concocter de vénéneuses potions, Juliette retourne à ses fourneaux. Elle mijote des sauces sombres, des venaisons ténébreuses, de savoureuses crèmes aux propriétés curieuses, elle s’essaye aux sept pêchés capitaux et mitonne « Le Festin de Juliette », un nouvel et délectable album… « On servira des vins âpres de vieilles vignes Du chocolat amer, des mûres et des guignes Noir dans les verres noirs et noir dans les assiettes, C’est ainsi que sera le Festin de Juliette » Jubile, Juliette, jubile ! Ragga, salsa, folklore tourné en ridicule, tu n’épargnes personne de ta plume féroce et ton public en redemande ! 2002, 2003, 2004, tu ne cesse pas de tourner, de chanter, de te transformer. Magicienne, tous tombent dans tes filets…Guillaume Depardieu, François Morel, ils te murmurent des mots doux à l’oreille. « Mutatis, Mutandis », en 2005, t’offre toutes sortes de changements avec des rythmes très latins : salsa, tango, flamenco et samba dans un spectacle riche en surprise. Et puis Juliette reste ce qu’elle est avant tout, une chanteuse à textes…

...



Les personnalités associées à Juliette
Sites consacrés à Juliette
Juliette chez Universal Le site officiel de la maison de disques de la chanteuse. // Juliette Noureddine Le site officieux de Juliette, beau et très complet. // Le blog de Juliette Avec humour et sa verve habituelle, elle nous livre ses impressions et ses commentaires à chaud.
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
marinasunpyamid
Il y a 5 ans 4 mois Signaler ce commentaire
je suis mexicaine Merci pour la chanson écrite,
Juliete excellent chanteur.
aninha do Brasil
Il y a 6 ans 11 mois Signaler ce commentaire
Juliette, você é maravilhosa!adorei,gostei muito,muito!



ziatita
Il y a 7 ans 3 mois Signaler ce commentaire
Juliette ! encore ! je na sais pas quoi écrire, je l'adore !
Bedune
Il y a 7 ans 4 mois Signaler ce commentaire
Merveilleuse interpréte , une artiste de talent , une voix exceptionnelle , qui m'émeut , me bouleverse, m'amuse parfois, mais toujours me ravit !
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados
  • 21044
    Ce que vous écoutez au moment ou vous écrivez^^
  • 170
    Ce que vous écoutez au moment où vous...
  • 143
    Balancez vos groupe préférés!
  • 127
    Le gothisme: racisme ou extremisme?!
  • 105
    Quel est votre type de metal préféré ?