Jeff Buckley - Ados.fr

Jeff Buckley

Né le : 17 novembre 1966 Mort le : 29 mai 1997
Nationalité : Etats-Unis
Label : Columbia | Genre : Rock

"Hallelujah" de Jeff Buckley : traduction et signification des paroles " Hallelujah " est certainement la plus célèbre des chansons de Jeff...

Non, Hallelujah n’est pas la meilleure chanson de Jeff Buckley ! Grâce à Shrek , la chanson "Hallelujah"  de Jeff Buckley  est...

Dis moi ce que tu écoutes, je te dirai comment tu réfléchis ! Pas besoin d’être scientifique pour savoir que vos goûts musicaux...

« Hallelujah » de Jeff Buckley : on a traduit les paroles ! " Hallelujah " est l'une des chansons les plus populaires de Jeff Buckley . C'est d'ailleurs...

La biographie de Jeff Buckley
Le rock a eu ses morts célèbres…A la fin des années 60 ou dans les années 70, il était monnaie courante de mourir d'une overdose, de tomber sous l'emprise de l'alcool ou des démons de la folie et du suicide. Nick Drake, Jimi Hendrix, Brian Jones, Janis Joplin, Jim Morisson, Tim Buckley, des vies brûlées à toute allure, des destinées météorites éclaboussant de lumière le panthéon du rock'n roll, héros transformés en mythes par l'imaginaire collectif… Tim Buckley justement, beau comme un ermite, comme un troubadour du temps jadis, devenu l'ombre de lui-même en quelques années et foudroyé à seulement 28 ans après avoir écrit des chansons si importantes pour l'histoire du rock qu'elles sont pour beaucoup devenues des classiques sans que l'on se souvienne du nom de son auteur. En guise de testament, Tim Buckley laisse un fils. Ce fils, hasard ou signe cruel de la fatalité, lui ressemble comme un frère, « Dream Brother », et pourtant ils ne sont jamais rencontrés, une fois ou deux en fait, et pour tout signe d'amour paternel, Jeff ne reçoit que de l'indifférence. L'incident le marque dans sa chair, il ne voudra pas qu'on le compare à son père, que l'on s'ingénie à comparer leurs voix, leurs carrières, leur beauté, leur sensibilité à fleur de peau, mais comment faire autrement… Jeff Buckley, visage d'ange, a la beauté du diable et meurt noyé alors qu'il n'a que 30 ans… Comment éviter la comparaison, comment se retenir pour ne pas voir la marque d'une Parque jalouse de ses propres enfants, avide de couper les fils ténus de leurs vies et d'en faire à tout jamais des symboles, des mythes, des icônes pour plusieurs générations d'adolescents et de musiciens. Car Jeff Buckley a réussi un tour de force. Pour la postérité, il ne laisse qu'un seul enregistrement studio abouti, « Grace », un seul disque et quel disque ! Morceaux inédits écrits avec Gary Lucas, reprises inspirées transcendant littéralement les versions originales, « Lilac Wine », l' « Hallelujah » de Leonard Cohen, « Corpus Christi Carol » d'après le compositeur anglais Benjamin Britten, Jeff Buckley démontre à la fois son immense culture musicale, sa curiosité insatiable et l'empreinte d'une personnalité unique, authentique, servie par une voix tout à fait extraordinaire. Force, fragilité, tout est mêlé dans l'œuvre et la tessiture exceptionnelles de Jeff. Il couvre 5 octaves, pleure et crie ses peurs, l'amour, le cauchemar, l'angoisse qui rôde autour de lui, éclabousse ses auditeurs de sa sensualité à fleur de peau et déchire le silence en accords de guitare que n'égalent en puissance que les prouesses d'un Led Zeppelin. Jimmy Page le considérait d'ailleurs comme le meilleur chanteur de sa génération et Robert Plant pensait à lui comme le seul héritier possible de leur hard blues inspiré. L'histoire en a décidé autrement. Après des tournées et des concerts désormais légendaires, au Sin-é, petit bar new-yorkais où il fit ses débuts, à l'Olympia, au Bataclan, en Australie, avec le grand Nusrat Fateh Ali Khan, Jeff Buckley lutte et s'épuise avec générosité. Les morceaux durent parfois presque 15 minutes, les fans hurlent, pleurent, s'évanouissent, allument des bougies et se recueillent comme à une grand messe, l'ambiance était indescriptible… Alors, malédiction ou enchaînements d'événements dus à cette fatigue et à cette place si difficile à tenir qu'avait désormais Jeff Buckley sur la scène musicale internationale, le destin va s'avérer inexorable. Parti à Memphis avec ses musiciens, Michael Tighe, Matt Johnson et Mick Grondhal, pour travailler sur son second album, le jeune chanteur hésite, insatisfait des premiers jets, butte sur l'écueil de la deuxième œuvre. Nous sommes début 1997, à peine deux ans et demi après la sortie de « Grace »…On connaît la suite, Jeff s'enferme dans la petite maison qu'il a louée et enregistre des démos. Il ne veut pas des morceaux déjà enregistrés, des titres privés de sa lumière, parfois lourds, formatés, il attend ses musiciens et veut tout recommencer. Il fait chaud au mois de mai sur les bords du Mississipi…Jeff part avec sa guitare et un ami se rafraîchir sur les rives du fleuve. Il est heureux, il chante et décide de se baigner tout habillé, hommage aux hobos, à Jacques Kerouac, à Poe (sa récitation d' « Ullalume » sur « Closed on Account on Rabies », disque sorti en 1997 et consacré à Allan Poe, fait froid dans le dos tant elle est inspirée) ? Ou simple folie d'un tout jeune homme ? Personne ne sait qui conduisait le bateau qui produisit le courant qui l'emporta ce soir de mai 1997…Jeff disparaît en quelques secondes et l'on ne retrouvera son corps que trois jours après. Le mythe peut commencer… Vivant, Jeff Buckley était admiré et avait réussi à se faire un prénom. Mort, il devient un mythe et influence plus encore des musiciens aussi variés que Muse, Coldplay ou Radiohead. Sa discographie post-mortem s'allonge au fur et à mesure que le temps passe, concerts enregistrés pour le meilleur et titres exhumés pour le pire comme la moitié de « Sketches for My Sweet Heart the Drunk ». Jeff Buckley n'aurait pas aimé ce commerce de l'au-delà, cette foire de marchands du temple du rock'n roll, lui qui rêvait d'anonymat et allait jouer sous un faux nom quelques jours encore avant sa mort. Mais comme tous les géants perdus dans l'infini, déjà, il ne s'appartenait plus…

...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12


Les personnalités associées à Jeff Buckley
Sites consacrés à Jeff Buckley
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
la guitarisste imen
Il y a 5 ans 11 mois Signaler ce commentaire
vraiment!vraiment monsieur jeff t'es un très grand chanteur...et pour moi tu reste le plus grand chanteur que j'aime et que j'aime beaucoup!!!!je vous souchette la belle vie monsieur!!
la guitarisste imen
Il y a 5 ans 11 mois Signaler ce commentaire
vraiment!vraiment monsieur jeff t'es un très grand chanteur...et pour moi tu reste le plus grand chanteur que j'aime et que j'aime beaucoup!!!!je vous souchette la belle vie monsieur!!
la guitarisste imen
Il y a 5 ans 11 mois Signaler ce commentaire
vraiment!vraiment monsieur jeff t'es un très grand chanteur...et pour moi tu reste le plus grand chanteur que j'aime et que j'aime beaucoup!!!!je vous souchette la belle vie monsieur!!
  • moi j'ai pas
    2
  • Photo
    1
  • Photo
    1
  • 1
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados