Jean-Louis Murat - Ados.fr

Jean-Louis Murat

Vrai nom :Jean-Louis Bergheaud
Né le : 28 janvier 1954 (64 ans)
Nationalité : France
Métiers : chanteur, guitariste, auteur-compositeur, Pianiste
Label : Scarlet Records | Genre : Scène française

125
La biographie de Jean-Louis Murat
L'Ours Blanc, le Paysan, le Berger… Dans ses chansons, Jean-Louis Murat aime à se doter de surnoms qui sentent bon la ruralité ou la nature sauvage, particulièrement celle de son Auvergne natale. Une démarche en parfaite adéquation avec son univers romantique mais aussi avec son caractère de solitaire indécrottable, un peu rustre, qui fait de lui une des personnes les plus difficiles à interviewer de notre hexagone musical. Comme par hasard, les rares artistes avec lesquels il souffre une comparaison (Gérard Manset, Hubert-Félix Thiéfaine…) sont dans le même cas que lui ! Murat allie comme eux poésie et rock'n roll, jouant ponctuellement avec les clichés pour mieux établir sa propre singularité. C'est dans le petit village de Murat-Le-Quaire, près de La Bourboule, que grandit Jean-Louis Bergheaud. Dans ce pays où les structures agricoles traditionnelles règnent encore, rêver d'être rocker tient du pari insensé, et c'est certainement par bravade qu'il finira par adopter comme nom d'artiste le nom du lieu où tout lui semblait refusé. En effet, reprendre la ferme familiale est le seul avenir qu'on propose au petit Jean-Louis, malgré ses dispositions précoces pour la musique, qu'il démontre à l'Harmonie Municipale, et son goût pour la littérature. Les années 70 lui offrent pourtant une porte de sortie. Soutenu par un de ses professeurs d'Anglais, il pousse ses études jusqu'au Baccalauréat, puis, après un mariage de courte durée et passage, non moins court, à la Fac de Clermont, part vivre la Bohème, de petits boulots en petits boulots, sur les routes de France, avant de finalement rentrer chez lui en 1977. Il fonde alors le groupe Clara et, de fil en aiguille, les musiciens obtiennent une sorte de succès d'initiés qui leur permet d'accompagner le dandy William Sheller sur scène. Dandyesque, l'univers de Clara, l'est par bien des aspects. Et si le groupe ne tarde pas à se séparer, Murat gagne ses galons de provocateur sophistiqué en sortant le 45 tours « Suicidez-Vous Le Peuple Est Mort » en 1981, alors que la France se passionne pour une historique élection présidentielle. Les radios censurent et le chanteur devient illico l'ami des critiques, ce qu'il est resté depuis. Ses deux premiers albums : « Murat » (1982) et « Passion Privée » (1984) sont pourtant des échecs commerciaux. Très marquée par la New Wave de groupes comme Taxi Girl, il y mise sur un rock synthétique un poil stéréotypé et de toute façon gâché par une production avare. Des chansons comme « Johnny Frenchman », variation sur le mépris du paysan pour l'artiste, démontrent malgré tout l'originalité de son talent. Il faudra attendre trois années, (et une errance entre trois labels différents) avant que le chanteur signe son véritable acte de naissance : l'album « Cheyenne Autumn » (1987). De brumes en pluies, les claviers, toujours omniprésents dessinent un univers évanescent, marqué par la perte de l'idéal (« L'Ange Déchu », « Le Troupeau »…). Beau succès public, l'album permet à Murat d'entrer dans le Top 50, pas très loin d'Etienne Daho, grâce au single « Si Je Devais Manquer De Toi ». Dans le même genre, il publie peu de temps après le discret « Murat En Plein Air » puis « Le Manteau De Pluie » (1991). Excellent album, il impose l'Auvergnat comme un maître d'une pop synthétique et raffinée rare en France. Et ce n'est certainement pas un hasard si la batterie est tenue par Neil Conti, l'un des quatre membres originels de Prefab Sprout. Maîtrisé dans la forme comme dans le fond, l'album contient des classiques évidents : « Col De La Croix Morand » ou « Le Lien Défait », l'une des plus tristes chansons d'amour qui ait été enregistrée. C'est sans doute ce désespoir persistant qui conduit Murat à enregistrer un (désespérant) duo avec Mylène Farmer, à peu près à cette époque. Mais tout ceci l'éloigne du rock'n roll qu'il affectionnait adolescent : Bob Dylan, Neil Young, Grateful Dead… Avec « Vénus » (1993), il esquisse donc un pas, encore timide, vers la guitare et les ambiances électriques, grâce à des titres comme « La Fin Du Parcours ». Après une tournée, immortalisée par un Live, encore un peu plus rock'n roll, il retourne au studio en 1996 pour un album qui marquera – inversement – l'apogée de sa période synthétique : « Dolores ». Influencé par le trip-hop mélancolique de Portishead, il met sa poésie au service d'ambiances planantes et hyper-sophistiquées, où foisonnent les sonorités inaudibles pour une oreille non avertie. De la prière (« Aimer ») au conte tragique (« Perce-Neige »), en passant par le nihilisme (« Fort Alamo »), son registre d'écriture s'enrichit considérablement… à tel point que son adaptation de Baudelaire (« Réversibilité »), offre une conclusion des plus cohérentes à l'album. Toutefois, après un tel disque, dont l'enregistrement a été pour le moins fastidieux, le chanteur décide de renoncer à la surenchère dans la technicité. Peu à peu, il s'éloigne de son vieux collaborateur, le claviériste Denis Clavaizolle et voyage à la recherche de musiciens. Ses pas le conduisent à New York, à Tucson (Arizona) et, finalement, à l'album « Mustango » (1999), où apparaissent des groupes de la scène indépendante américaine comme Calexico ou Elysian Fields. Clavaizolle est désormais producteur et l'album, toujours richement mis en son, est beaucoup plus rock. « Polly Jean » (ode à PJ Harvey), « Bang Bang » (en duo avec Jennifer Charles) ou l'épique « Nu Dans La Crevasse » font partie des sommets du disque, tandis que la bluette enfantine « Le Mont Sans Souci », trouve le chemin des radios. Après une tournée très électronique (dont le live « Muragostang » conserve la trace), il surprend tout le monde en 2001 avec « Madame Deshoullières », un disque enregistré avec Isabelle Hupert, ou tous deux adaptent l'œuvre d'Antoinette Deshoullières, une poétesse méconnue du XVIIIème siècle. Ancré – comme il se doit – dans la musique baroque, ce disque bizarre n'a à peu près aucun point commun, ni avec les précédents, ni avec le suivant : « Le Moujik Et Sa Femme » (2002), brûlot enregistré à toute vitesse, avec des arrangements (basse/guitare/batterie) réduits au strict minimum, et des textes nonchalants, concernant par exemple « une bite en or ». A 48 ans, Murat entre ainsi dans sa période punk et déclenche des scandales à la télévision. Rajeuni par l'expérience, il adopte un rythme de production encore plus effréné qu'à l'accoutumée, alternant les albums équilibrés où s'entre-conjuguent ses différentes inspirations – comme le double « Lilith » (2003), ou « Moscou » (2005), qui bénéficie des interventions de Camille et Carla Bruni – et les expériences plus radicales. Citons dans ce registre « Les Rancheros », groupe d'un album fondé pour rigoler en 2003, « A Bird On A Poire » (2004), recueil de pop ultra-légère concocté avec Fred Jimenez et Jennifer Charles, « 1829 » (2005), série d'adaptations de Béranger (le chansonnier romantique du XIXème siècle, à ne pas confondre avec François Béranger) ou, à plus forte raison, « 1451 », son déconcertant « poème de mille vers » ! Avec « Taormina », Jean-Louis Murat a sorti en 2006 un album prouvant à nouveau la richesse de son inspiration et son universalité… quand il veut bien y parvenir. C'est certainement un cliché des biographies d'artistes, mais personne – et certainement pas le principal concerné – ne sait où on le retrouvera la prochaine fois !

...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19



Les personnalités associées à Jean-Louis Murat
Sites consacrés à Jean-Louis Murat
Le SIte Officiel Présentation classieuse et contenu riche... on regrette juste l'absence d'une biographie. // Bang Bang Un site original et intéressant sur le chanteur. // Jean-Louis Murat Jean-Louis Murat sur Fluctuat.net
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
  • sofia carson portrait
    2
  • Photo
    1
  • Photo
    1
  • Photo
    1
  • Cesaria evora aux Etats unis
    1
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados
  • 21045
    Ce que vous écoutez au moment ou vous écrivez^^
  • 627
    Topic pour les recherches.
  • 250
    La phrase qui t'as le plus touchée dans une...
  • 203
    Vos soundtracks préférées ?
  • 105
    Quel est votre type de metal préféré ?