Hubert-Felix Thiefaine - Ados.fr

Hubert-Felix Thiefaine

Né le : 21 juillet 1948 (69 ans)
Nationalité : France
Métiers : chanteur, auteur-compositeur
Label : Sony | Genre : Scène française

449
La biographie de Hubert-Felix Thiefaine
Hubert Félix Thiéfaine pratique l’art dit mineur de la chanson sur en mode majeur. Véritable poète, qui tire son inspiration de Rimbaud, Baudelaire ou Lautréamont, il explore les marges du langage et crée des textes imagés, empreints de cynisme et de désillusion. Malgré presque trente ans de carrière, Hubert Félix Thiéfaine reste inclassable. Ses métaphores et ses images crues l’ont sacré roi de la rime, de l’insolence et de la dénonciation, mais il ne croule pas sous les critiques élogieuses des médias parisiens ou les invitations pour les émissions de télé. Même sans clips, il arrive à vendre ses albums et à toucher les jeunes. Sa prose poétique est tellement visuelle qu’elle arrive à séduire les générations bercées par l’image. En 2006, il apparaît enfin aux Victoires de la Musique, et toujours dans son temps au côté de Cali. Hubert Félix Thiéfaine voit le jour à Dole, dans le Jura, le 21 juillet 1948. Sa maîtrise du français pourrait faire croire à une scolarité toujours brillante. Or, ses débuts ne sont pas très heureux. A douze ans, tout change grâce à la pension. Sinistre et très surveillée, elle le pousse à activer son imagination pour s’évader. Hubert Felix commence à écrire et monte même un groupe. Libéré de l’internat, Hubert Félix Thiéfaine fréquente les cafés et découvre Dylan, les Who, mais aussi Jacques Brel. Il se plonge dans la chanson à texte, le folk et le rock & roll, mais aussi dans la littérature et la poésie pour nourrir son spleen et sa révolte adolescents. A la faculté, il n’étudie pas les lettres, mais les esprits torturés en psychologie. Mais il poursuit l’écriture. En 1973, il présente « Comme un chien dans un cimetière ». En 1978, Hubert Félix Thiéfaine en finit avec les maquettes : il sort « Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s’émouvoir… ». Ce n’est pas le titre d’une chanson, mais celui de son premier album. Le disque, comme le titre, est difficilement abordable. Mais « La fille du coupeur de joints » qui aborde, de manière légère et festive, la consommation de cannabis, se fait une place sur les ondes. Ensuite, Hubert Félix Thiéfaine sort « Autorisation de délirer » et « De l’amour, de l’art ou du cochon ». Ses chansons sont graves, surtout quand elles traitent de la drogue, mais aussi pleines d’humour et d’autodérision. En 1980, Hubert Félix Thiéfaine se produit à Paris. Le bouche-à-oreille, sur la personnalité fascinante, l’amuseur à la sensibilité exacerbée, remplit la salle. En 81, il sort un nouvel opus : « Dernière balise avant mutation ». L’Olympia l’accueille pour un concert triomphal. L’année suivante, Hubert Félix Thiéfaine sort un album au titre toujours poétique, aux accents toujours dramatiques : « Soleil cherche futur ». L’astre solaire trouve au moins le disque d’or. « Les dingues et les paumés » et la Lorelei de Théfaine passent à la radio et élargissent son public. Son univers, teinté de folie et de surréalisme, attire les jeunes. En 1990, il sort « Chroniques Bluesymentales », enregistré aux Etats-Unis. Ensuite, il enchaîne sur plus de douze mois concerts et festivals. Il s’arrête ensuite pour des vacances bien méritées, mais qui durent peu de temps. En 93, il retourne vers la Statue de la Liberté : à Los Angeles, Hubert Félix Thiéfaine enregistre ses « Fragments d’hébétude ». Une longue tournée, de plus d’un an, suit. Il a beau être médiatiquement discret, il remplit les salles. En 1996, le chanteur à la poésie noire connaît « La tentation du Bonheur ». Mais la tentation du bonheur n’est pas le bonheur, et Hubert Felix Thiéfaine continue à distiller son blues. En 1998, pour fêter ses vingt ans de carrière, Hubert Félix Thiéfaine inverse, dans un mouvement surréaliste, le titre de son précédent album et sort « Le bonheur de la tentation ». Pour continuer à souffler ses bougies, il rejoint la scène et son public : le Palais Omnisports de Paris-Bercy affiche complet. En 99, après sa tournée sur les routes de France, Hubert Félix Thiéfaine est à nouveau à l’Olympia. Il passe aussi par le Casino de Paris. En 2001, Hubert Félix Thiéfaine sort son treizième album, « Défloraison 13 ». Intégrant l’électro et le trip hop, l’opus a bien à voir avec la défloraison. Il part ensuite en tournée avec ses nouveaux genres. A Paris, il se produit au Zénith et au Bataclan. En 2002, alors qu’il sort son live, le chanteur de « La fille du coupeur de joints » reçoit l’hommage musical des « Fils du coupeur de joints » : Mickey 3D, Bénabar et compagnie interprètent des titres du prolifique Hubert Félix Thiéfaine. 2003 est moins joyeux : ses douleurs dorsales l’immobilisent longtemps. En 2004, il entreprend une tournée acoustique. Aux Francofolies de la Rochelle, il est rejoint par Paul Personne. 2005 est l’année d’un nouvel album, « Scandale mélancolique », où il chante « Gynécées » en duo avec Cali. Nommé, il chante en 2006 aux Victoires de la Musique. Ses yeux bleus semblent désormais souriants, mais ils restent mélancoliques. Pour lui, le bonheur reste inatteignable : « j’arriverai jamais à avoir le droit d’aller bien ».

...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18


Les personnalités associées à Hubert-Felix Thiefaine
Sites consacrés à Hubert-Felix Thiefaine
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
blearaspwab
Il y a 5 mois, 3 semaines Signaler ce commentaire
asd
patou
Il y a 3 ans 1 mois Signaler ce commentaire
L'année de sortie est 1979
stefany
Il y a 7 ans 2 mois Signaler ce commentaire
pour l'album Autorisation de délirer j'ai vu qu'il manqué plein de parole je peux les rajouter si vous etes interessé!!!
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados