Gong - Ados.fr

Gong

Nationalité : France
Label : Virgin | Genre : Rock psychédélique

51
La biographie de Gong
Il existe deux sortes d'extraterrestres francophones. Il y a ceux qui écoutent Magma, qui portent un petit gilet sans manche en cuir sur une chemise boutonnée au col, arborent une queue de cheval et se déplacent en astronef proto-plasmique. Ceux-là, en général, même s'ils sont francophones, préfèrent utiliser un langage bien à eux, avec des codes et des règles particulières. Et il y a ceux qui écoutent Gong, qui portent des sandalettes à lanières de cuir, des petits gilets sans manche mais en laine, des bagues en turquoise, mangent du fromage de brebis et se déplacent plus volontier par téléportation psychotronique. Ces sur ces derniers que nous nous focaliserons. Bienvenu dans l'univers psychédélique made in France. Plus qu'un groupe, Gong c'est surtout une communauté. A l'instar des Dead par exemple, en plus de proposer une musique planante et mystique, Gong nous invite à une école de pensée quasi sectaire et religieuse (si ce n'était l'aspect non lucratif et libertaire de leur projet) mais qui tend néanmoins à l'épanouissement et à la construction solitaire de l'individu dans un grand feng shui cosmique, ce qui en fin de compte est très éloigné du prosélytisme religieux. Dans cette école de pensée qui voit le jour en 1967, on retrouve la figure fondatrice de l'ancien Soft Machine, Deavis Allen, beatnik australien fraîchement débarqué en Europe, le saxophoniste Didier Malherbe (qui a vécu dans une cave aux Baléares), le clavier Tim Blake, le guitariste anglais Steve Hillage (qui travaillera longtemps avec Rachid Taha), le batteur Pip Pyle, le bassiste Christian Tritsch, le percussionniste Mino Cinelou, le guitariste Allan Holdsworth (un ex Soft Machine), le vibraphoniste Benoit Moerlen, etc. le line up du groupe changeant des milliard de fois selon les téléportations. Quoiqu'il en soit, Gong commence dans un joli bordel psychédélique : sons bizarroïdes alliés à des montées progressives et des délires musicaux tels que n'en avait pas vécue la Voie Lactée depuis des années. Il y a quelque chose d'inspiration très floydienne dans la musique de Gong avant qu'elle ne vire free jazz intello sectaire relou. Ce n'est pas un hasard si, à la mort de Syd Barrett, l'ancien leader de Gong déclara à propos de son oeuvre : "Son travail a été pour moi la chose la plus importante qui a été faite dans la musique, tant d'un point de vue émotionnel que psychologique…Barrett a brûlé la vie rapidement et intensément, un peu comme ces fusées de détresse qu'on envoie dans le ciel. Au concert du Ally Pally en 1966, il m'a enseigné inconsciemment la valeur inestimable du glissando de guitare et le mythe a pu alors commencer. En tant que force créatrice, il est mort à la fin des années 60 même si sa jeunesse a continué à briller à travers l'ombre de sa longue maladie mentale. Espérons que son vœu de rester seul soit maintenant exaucé. Je lui souhaite beaucoup de paix dans cette autre partie du ciel." En 1970, Gong nous gratifie d'un premier album illuminé de 12 titres "Magick Brother"(sur le label BYG), mélange improbable de Beatles et de Jethro Tull avec ce soupçon de "paranoïa" typiquement floydienne. Toujours la même année et sur le même label, Daevid Allen nous offre "Bananamoon", jam session improbable avec son ancien équipier de Soft Machine, Robert Wyatt, album qui tend vers les Dead et les Allman Bros mais qui n'est pas estampillé Gong. Il faut attendre 1971 pour écouter la pièce-maîtresse de Gong "Camembert Electrique". De cet album, le critique rock David Ross Smith écrira : "Le rock de ce "fromage électrique" est un mélange de rock psychédélique, d'espaces atmosphériques et lyriques, et de quelques doses de jazz dans un emballage à la sensibilité pop mais toujours intense. Du premier morceau de ce Camembert à sa fin, vous êtes transporté sur la planète Gong via la voix d'une "radio lutin" qui vient vous rappeler de temps à autre que, décidément, vous n'êtes pas au Kansas". C'est toujours bon à savoir. Cet album sera le point de départ de toute une mythologie inventée qui prendra corps à travers une trilogie musicale et où l'on retrouvera pêle-mêle Zéro le héros, Mista T Being (un drôle d'egyptologue), Fred the Fish" (un vendeur à la noix), le yogi Banana Ananda, etc. On n'est pas très loin des délires LSD-Pi Funk des Funkadelic. La nébuleuse Gong existe toujours sous différentes formes monocellulaires et dans certaines algues de la mer Egée.

...


1 2 3 4 5 6 7 8


Les personnalités associées à Gong
Similaires Soft Machine
Collaborations Robert Wyatt
Inspirations Pink Floyd
Amis/Famille Jefferson Airplane, Grateful Dead, Funkadelic
Sites consacrés à Gong
Planet Gong téléportation psychotronique // Le dossier Rock Psychédélique Sur Fluctuat.net
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
  • taylor 2
    2
  • Photo
    1
  • Tété en festoche
    1
  • LORIE
    1
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados