Paroles Epilogue - Dionysos - Musique - Ados.fr
Paroles de chansons
Epilogue
Dionysos
Un jour, peut-être pas le jour le plus froid du monde, mais pas loin, je décidais de retirer mon horloge. De lourds flocons gorgés de pluie s'amoncelaient sur mes épaules "c'est un bon jour pour s'arracher le coeur" me suis-je dit.

Lorsque j'ai tiré dessus, j'ai eu l'impression qu'un bulldozer était en train de tout casser entre mes poumons. Les gens disent qu'on voit une lumière très intense quand la mort arrive; en ce qui me concerne, je n'ai vu que des ombres. Des ombres géantes, à perte de vue et une tempête de neige aux flocons noirs.

La neige recouvrait progressivement mon corps, d'abord les mains, puis les bras écartés. Des roses semblaient pousser de la neige tellement le sang gorgeait la poudreuse, puis elles se sont effacées. Mon visage, puis mon corps tout entier ont disparu.

J'étais étrangement détendu et anxieux en même temps, comme si je me préparais à un très long voyage en avion. Un dernier bouquet d'étincelles a poussé sous mes paupières, le souvenir de Miss Acacia dansant en équilibre sur ses petits talons aiguilles, Docteur Madeleine penchée sur moi, remontant l'horloge de mon coeur, Arthur en train de vociférer son swing à coups de "Oh when the saints go marchin'in" puis Miss Acacia dansant en équilibre sur ses petits talons aiguilles, encore et encore.

Nous étions le 28 octobre 1906, l'horloge, mon coeur et sa mécanique se sont arrêtés pour de bon.

Giant Jack is on your back now


HAMAC OF COULDS
(HOW ROMANTIC IT COULD BE)

Oh my baby my little one
How romantic it could be
To climb the sky
Walkin'on a stair of stars, that shining blue

And build a hamac of coulds between the south and the north of the halfmoon
and fuck in'it again and again

I hang my head like a snowflake-man in a burning sun
Because I'm my own ghost I'm really dead, this time
I'm dead like the corpse in their mother fucking graves

How romantic it could be to climb the sky in a hamac made of coulds
A hamac made of coulds my little one

Vos commentaires sur Epilogue