Bon Jovi - Ados.fr

Bon Jovi

Nationalité : Etats-Unis
Label : Mercury | Genre : Rock

314

Les artistes sont-ils trop payés ? Aujourd'hui, pour pouvoir attirer un artiste dans un festival il faut débourser des...

Salaires Forbes : Justin Bieber et les 1D ne sont pas à la hauteur de leurs aînés !   Comme tous les ans, la fin de l'année civile est l'occasion pour le magazine...

Milow s'attaque à Tom Petty avec la reprise d'I won't back down   Moins pop que la version de Petty , moins rock que celle d'Eddie Vedder avec Pearl...

VIDEO MTV Europe Music Awards : Katy Perry, Lady Gaga... tous les gagnants ! 2 noms à retenir pour ces MTV Europe Music Awards 2010 : Lady Gaga , sacrée dans...

La biographie de Bon Jovi
Baby-sitter à clef à molette dans la série « Allie McBeal » et remplaçant de Larry dans le cœur de l’avocate névrosée, Jon Bon Jovi a été homme à tout faire, payé cinquante dollars la semaine, avant de devenir l’idole des jeunes. Aux Etats-Unis, si tous les chemins ne mènent pas à Rome, ils conduisent aux rêves et à la scène. En 1983, John Bongiovi, né vingt ans plus tôt, le 2 mars, prépare le café et lave les sols, sur lesquels il se réveille souvent, du Power Station, légendaire studio d’enregistrement de New York. Pendant son ménage, tout le gratin du rock passe la grande porte. La nuit, profitant de l’aura et des studios vides, l’homme-orchestre à sceau et à balai enregistre ses propres morceaux avec des musiciens de passage prêts à jouer avec lui. Sa démo en poche, il démarche les managers, les maisons de disques et les radios de New York et de Los Angeles. Approché par WAPP, et plus précisément par le DJ de la station, sans antenne aujourd’hui, John se voit offrir la possibilité d’apparaître sur une compilation réunissant plusieurs artistes locaux sans label. Cherchant à signer un contrat et à enregistrer un album, il hésite à faire partie du projet de Chip Hobart. Finalement, il accepte et ne manque pas l’opportunité de sa vie et de sa carrière. La diffusion a lieu sur de nombreuses ondes et « Runaway » remporte un succès immédiat. Même non labellisée, sa chanson est un hit. WAPP veut organiser quelques concerts pour promouvoir son album et propose à John Bongiovi de monter sur scène. Aucun problème, sauf l’inexistence de son groupe ! En 1984, John fonde alors son groupe pour prendre le micro en public. Lassé par ses études, son vieil ami d’enfance, David Bryan, le rejoint avec ses claviers. John réserve la guitare à son voisin. Hector « Tico » Torres, le batteur de Franke & The Knockouts, et le bassiste Alec John Such viennent compléter le cercle de connaissances. En coulisses, Richie Sambora s’avance vers Bon Jovi et se dit fait pour ce groupe. Quand il signe avec Mercury, Sambora a remplacé le voisin et John Bongiovi s’est changé en Jon Bon Jovi sur les conseils de son label. Ça sonne plus rock’n’roll et moins variet’ italienne. Prenant le nom du chanteur à l’origine de toute l’histoire, le groupe s’appelle Bon Jovi. Alors que son album éponyme n’est pas encore sorti, la formation fait la première partie de ZZ Top au Madison Square Garden. En février 1984, « Bon Jovi » sort et inclut « Runaway ». A l’époque, le groupe a toute la panoplie de la star fashion victim : le foulard coloré, le pantalon en cuir moulant et toute une quincaillerie de bijoux voyants. Bien sûr, pour rentrer dans la norme, il a les cheveux longs et l’eye-liner. Les Japonaises, nullement insensibles à son look, se précipitent aux guichets et achètent tous les tickets en trois jours. En décembre 1984, après sa performance devant le public de Kiss et de Scorpions, la formation se rend en studio pour enregistrer son deuxième album. « 7800o Fahrenheit » sort en avril 1985. Un an plus tard, « Slippery when wet » paraît. Produit par Bruce Fairbairn et enregistré et mixé par Bob Rock, le troisième album marque les vrais débuts de Bon Jovi. « Wanted dead or alive », devenu l’hymne du groupe, « « Livin’on a prayer » et l’ensemble de l’opus sont un succès tel que Jon fait la couverture de « Rolling Stone ». Particulièrement photogénique et télégénique, le rockeur à la gueule d’ange ne cherche que la reconnaissance de sa musique, mais il est particulièrement apprécié des caméras de MTV et des murs des chambres des jeunes filles. En 1988, ceux qui déclenchent l’hystérie des fans sortent « New Jersey ». Après sa tournée mondiale, en 1990, le leader de Bon Jovi est approché par le comédien et réalisateur Emilio Estevez : il veut « Wanted dead or alive » pour son film. Finalement, Jon Bon Jovi compose une nouvelle chanson et sort « Blaze of glory », son premier album solo. En 1992, le groupe se retrouve à nouveau dans les bacs avec « Keep the faith » . Bon Jovi, rentré dans les années 90, change de look pour ne conserver que le rock. Star aux cheveux longs, Jon fait partie des nouvelles de CNN avec sa crinière réduite aux ciseaux. En 1994, « Cross road », compilation des meilleurs morceaux, avec deux inédits, paraît. « Always », une des nouveautés, sort en single et se vend à plus de trois millions d’exemplaires à travers le monde. Malgré le succès, Alec John Such, quitte la formation et se trouve remplacé par Hugh McDonald. En 1995, « These days » sort. Après la tournée, les chemins des membres se séparent et le groupe décide de prendre deux années sabbatiques. Jon, seul, sort en 1997 « Destination anywhere » et se concentre sur sa carrière d’acteur débutée en 1994. Pour « En direct sur Ed TV » de Ron Howard, avec Matthew McConaughey, Jon, Ritchie et Tico – sans Dave, blessé à la main – se retrouvent pour enregistrer la chanson « Real Life ». En 2000, Bon Jovi est toujours dans la vie et l’actualité musicale : « It’s my life », succès de « Crush », fait le tour du globe. En 2001, le groupe sort son premier album live – 1985-2001 : « One wild night ». Après la tournée, et avant d’enregister son nouvel album en studio, Bon Jovi envisage de courtes vacances. Mais le 11 septembre bouleverse le monde et l’emploi du temps de John et Richie. Ils tournent pour la Croix Rouge avant d’honorer les sauveteurs et de récolter des fonds, avec le reste de la formation, pour les victimes du World Trade Center. « Bounce », aux textes inspirés par l’attaque terroriste et le courage du peuple américain, sort en 2002. En 2003, Bon Jovi rentre en studio avec Pat Leonard, qui a travaillé avec Elton John et Madonna, pour de nouveaux arrangements. « This left feels right », les meilleurs titres réenregistrés, sort en novembre. En 2005, après avoir fêté ses vingt ans de carrière, « Have a nice day », le nouveau Bon Jovi, est en vente.

...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


Les personnalités associées à Bon Jovi
Sites consacrés à Bon Jovi
Bon Jovi. Le site officiel. Le site officiel en anglais. // Le portail francophone des fans du groupe Bon Jovi. Un site très complet, une énorme biographie.
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
Benjamin Breeg
Il y a 5 ans 4 mois Signaler ce commentaire
"Baby-sitter dans Ally Mac Beal" !!!!!
Ah ben merde alors!
Il doit être super flatté d'être présenté comme ça!
Heureusement que l'inculte chroniqueur n'a pas à présenter Michael Jackson ( si, si, le type dans la pub pepsi) ou Ronald Reagan (si, si, le type qui a tourné dans des westerns)...
Quel niveau de culture!
Je suis impressionné!
Sambora13116
Il y a 6 ans 3 mois Signaler ce commentaire
Bonjour , je suis une grande fan de Bon Jovi !
Sambora13116
Il y a 6 ans 3 mois Signaler ce commentaire
Bonjour , je suis une grande fan de Bon Jovi !
  • Photo
    2
  • Photo
    2
  • Tété en festoche
    1
  • n4
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados