Björk - Ados.fr

Björk

Vrai nom :Björk Guðmundsdóttir
Née le : 21 novembre 1965 (52 ans)
Nationalité : Islande
Métiers : chanteuse, auteur-compositeur, actrice, multi-instrumentiste
Label : Barclay | Genre : Trip-Hop

410

Le guide des festivals de l'été : notre classement complet   Les Vieilles Charrues – du 16 au 19 juillet – Carhaix (Finistère)...

Sia est-elle la nouvelle Björk ?   Sia  connaît un succès fulgurant depuis la sortie de son album...

Un retour salvateur pour Bjork Björk voulait innover son art. Biophilia, sorti en 2011 devait être un savoureux...

MTV VIDEO MUSIC AWARDS 2009: C'est parti! Si l'an dernier, Britney a raflé trois prix, elle est de nouveau en lice cette...

La biographie de Björk
Bjork, Bjork Gudmunsdottir. Ce seul nom est une énigme. Etrange, bref, il était imprononçable il y a encore une quinzaine d’année. Bjork est une femme mais il est souvent difficile de la considérer comme telle. La remarque n’est pas péjorative, bien au contraire. Bjork est toutes les femmes, un caméléon, une somme d’incarnations. Lutin, troll, fée, esprit de la nature, sylphe, animal, prêtresse, chaman, elle se dédouble et se démultiplie au grès de ses envies. Bjork est pareille à l’île qui l’a vue naître, l’Islande. Pays de glaciers, de volcans, de montagne, de lave, c’est une terre rude, âpre et magnifique, perdue, qui renferme en son sein toute la genèse du monde. Bjork, elle, créé à elle toute seule un univers artistique fait de plusieurs mondes et qui ne peut être comparé à aucun autre. Pourtant, Bjork n’est pas sortie de la mer comme une déesse nordique, pas plus qu’elle ne s’est échappée d’une grotte tapissée de cristaux. Pourtant, sa vie ressemble à une saga, au sens mythologique du terme bien sûr. Elle est née le 21 novembre 1965, de parents néo-hippies, à Reykjavik, la capitale de l’Islande. Elle étudie la musique toute petite, au conservatoire local, et apprend le chant, le piano et la flûte. Pourtant, comme elle le dira plus tard, c’est dans les grandes étendues d’herbe désertiques de la campagne islandaise, qu’elle découvrira la véritable musique, le chant profond des êtres, celui qui ne se révèle que dans une intimité presque sacrée. A l’époque, elle chante pour les fleurs, les animaux, les rivières et découvrent qu’elle est une artiste, celle qui communique avec toutes choses. L’Islande est un pays d’aventures où tout semble possible et, encouragée par sa famille et sans faire plus de manières, Bjork enregistre son premier album alors qu’elle n’a que 11 ans. L’album s’appelle « Arabadrengurinn », une série de reprises et de comptines islandaises, qui est très vite disque d’or. Bjork est une gloire locale mais, déjà d’un tempérament bien trempé, elle refuse de continuer dans cette voie et s’oriente vers d’autres courants musicaux. Est-ce pour le plaisir adolescent de la provocation, l’air du temps, ou les prémisses d’un individualisme artistique fait d’excentricité et d’avant-gardisme, en 1977, Bjork créé, avec des amis de son âge, un groupe punk, « Spit and Shot ». Elle a 12 ans et se lasse très vite de cette mouvance qui l’entrave dans sa recherche artistique. Car Bjork a la musique, la création, dans le sang comme les arbres sont gorgés de sève. C’est un flot ininterrompu qui la pousse toujours plus avant, en dehors des sentiers battus, donnant une impression de spontanéité et de naturel qui n’est propre qu’aux génies. A l’adolescence, à l'âge où d'autre se cherchent en silence, elle fait partie de plusieurs groupes, ne cesse d’enregistrer et de se produire sur scène. Exodus, Tappi Tarakass, Kukl, Gling-Glo, autant de groupes qui l’amènent doucement vers le succès et qui la feront bientôt connaître au-delà des frontières. A 19 ans, Bjork vit sa vie à 200 à l’heure. Elle a rencontré Thor Eldon, un musicien avec qui elle se marie. Très vite, elle met au monde un petit garçon, Sindri, qui lui ressemble comme un frère…Avec Thor, Bjork chante dans un nouveau groupe, Les Sugarcubes, qui sort trois albums qui marchent dans le monde entier surtout avec le titre « Regina ». Cette période de sa vie l’amène jusqu’en 1992 où le groupe se sépare malgré son succès et où elle décide d’entamer une carrière solo. D’ailleurs, elle divorcera d’avec Thor tout en gardant de bonnes relations avec lui. Elle part avec Sindri à Londres et s’oriente vers la musique électronique. « Debut », son premier album est le reflet de cette démarche. Electrique, décalé, « violemment joyeux » (pour plagier l’un des titres de l’album), il fait découvrir Bjork au continent européen. Avec son physique presque inuit, ses cheveux noirs et broussailleux, ses vêtements technos et surtout sa voix si particulière, à la fois fragile, rugueuse, enfantine et puissante, elle offre une nouvelle image de la pop féminine. Elle impose dès le départ son imagerie si personnelle et son univers visuel avec des clips réalisés, entre autres, par Michel Gondry. Elle s’entoure d’ailleurs tout au long de sa carrière des plus grands réalisateurs, outre Gondry, Nick Knight, Stéphane Sédnaoui, Spike Jonze, Jean-Baptise Mondino…etc Avec « Post » en 1995, la personnalité de Bjork éclate au grand jour avec son lot de contradictions si fécondes. Joyeuse, exubérante, amoureuse, inquiète, les adjectifs manquent pour la décrire, de même qu’elle se hasarde dans des sphères presque futuristes, comme sur le titre « Hyper-Ballad » pour revenir à un univers de comédie musicale plus rétro (« It’s Oh so quiet ! ») ou à un romantisme flirtant avec le merveilleux sur les titres « Isobel » ou « Bachelorette ». Avec « Homogenic » en 1997, le mélange paradoxal d’innovations techniques et d’ancrage profond dans une nature sublimée et mystérieuse, trouve un réel aboutissement. Sur la pochette de l’album, Bjork est une sorte de cyber-geïsha, ongles métallisés, yeux pareils à ceux d’un animal inquiétant. Elle mixe allégrement envolées de cordes, sons de harpes, rythmes agressifs produits par des machines avec sa voix ténue, parfois haut perchée qui se dédouble en une infinité d’échos. Son clip « All is full of love », d’ailleurs censuré sur certaines chaînes de télévision, représente parfaitement l’univers de l’album et de la nouvelle Bjork, aussi narcissique que généreuse et poétique. On y voit deux robots aux formes féminines, ruisselants de fluides, soumis à des machines, deux robots jumeaux auxquels Bjork prête son visage de petite fille, et qui s’embrassent avec sensualité… « Tout est rempli d’amour »… Entre 1997 et 2000, Bjork tente sa première grande expérience au cinéma. Elle a en effet été contactée par le réalisateur danois Lars Von Trier pour réaliser la B.O de son futur film, « Dancer in the Dark ». Il l’a remarquée dans un clip et lui demande finalement de non seulement composer la musique de ce mélo sombre et désespéré mais aussi de jouer le rôle principal, celui de Selma, un petite immigrée tchèque qui devient aveugle et donne sa vie pour sauver son fils de ce même handicap qui le guète. Le tournage est une véritable torture pour Bjork. Lars Von Trier est connu pour pratiquer des méthodes de direction d’acteur peu charitables. Le réalisateur et l’actrice frôlent à chaque instant la haine et paradoxalement, Bjork, qui a faillit interrompre le tournage, s’implique tellement dans son rôle qu’elle mettra 9 mois à s’en remettre. Elle jure qu’elle ne rejouera plus jamais de sa vie. Pourtant, le film, parfois très controversé, reçoit la palme d’or à Cannes et Bjork est récompensée par le Prix d’Interprétation pour sa prestation bouleversante. En 2001, elle cherche à se retrouver complètement et sort «Vespertine », un album très personnel, un disque de glace et de neige ou Bjork s’éloigne insensiblement du chaos expressif de ses précédents albums. Ses chansons sont plus intimistes, plus sensitives, comme de précieuses dentelles de givre. « Medulla » en 2004 confirme cette tendance. Le disque est entièrement conçu à base de voix, sans instruments, plus sombre, plus aquatique. Les années 2000 sont également celles de sa rencontre avec son nouveau compagnon, l’artiste plasticien et cinéaste conceptuel Matthew Barney avec qui elle aura un second enfant en 2002. Cette union donne une nouvelle orientation, plus puriste, à la carrière de la chanteuse et les deux artistes collaborent pour forger un nouvel univers, ésthétique et décalé, fourmillant de personnages monstrueux et de beauté anormale. Sa dernière contribution à l’œuvre de Matthew sort sous la forme de la B.O de son nouveau film « Drawing Restraint 9 », en 2005, qui illustre l’histoire fantasmagorique d’un huit-clos sur un baleinier japonais peuplé d’êtres étranges, une mise en musique inspirée par les compositeurs modernes comme Maessian et le folklore japonais… 2007 signe le retour de l'Islandaise avec un nouvel album intitulé Volta, plus en vogue, plus rythmé rejoignant un peu le son de ses débuts sans toutefois l'atteindre encore complètement.


...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19



Les personnalités associées à Björk
Sites consacrés à Björk
Bjork.com Le site officiel de la chanteuse, riche, avant-gardiste avec toutes les dernières informations, des galleries photos, des clips...etc // One Little Indian Le site du label de Bjork // Le site français sur Björk Björk sur le web et en français
Pseudo * :
E-mail :
Votre commentaire *
Crypto * :
* champs obligatoires
Djawa
Il y a 7 ans 3 mois Signaler ce commentaire
Speel is Woa
  • Photo
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados
  • 21044
    Ce que vous écoutez au moment ou vous écrivez^^
  • 170
    Ce que vous écoutez au moment où vous...
  • 143
    Balancez vos groupe préférés!
  • 127
    Le gothisme: racisme ou extremisme?!
  • 105
    Quel est votre type de metal préféré ?