Aldebert - l'interview vidéo
Aldebert

Itinéraire d'un enfant de la scène : l'interview vidéo d'Aldebert

Voir la fiche artiste Aldebert

aldebert-playerAdos.fr : Qui est Aldebert ?
Aldebert : Alors c'est difficile comme question : j'ai du mal à parler de mon travail ! Un concert d'Aldebert, c'est plus un spectacle qu'un simple concert. J'aime bien théatraliser au maximum de façon à ce que les gens viennent voir pas seulement des chansons interprétées, des chansons du disque, mais qu'il y ait aussi une vraie ouverture sur l'univers des chansons. Des personnages, une mise en scène, quelque chose d'assez ludique et sympa en tout cas...

Ados.fr : Tes fans ont de 7 à 77 ans : comment l'expliques-tu ?
Aldebert : Je ne me l'explique pas. Après tous ces concerts donnés, on s'aperçoit avec mon équipe que le public est toujours différent, en général la tranche d'âge c'est plus 20-30 ans mais on a souvent des parents avec des enfants qui viennent nous voir, des fois même des grands-parents. Je ne m'attendais pas à ce que ça touche autant de monde. Tant mieux, je suis très content que ce ne soit pas ciblé seulement sur une génération même si c'est des textes qui parlent plus à ma génération parce qu'il y a eu ce passage à la trentaine qui a inspiré pas mal des textes.

Ados.fr : Tu as commencé par le métal. Pourquoi un tel virage ?
Aldebert : Bah c'est simple, à l'adolescence j'avais envie de faire complètement autre chose que ce que j'avais entendu chez mes parents. C'est une réaction normale : jouer l'anticonformisme absolu en faisant de l'extrême, c'est-à-dire du gros rock, du métal. Je pense aujourd'hui avoir garder une énergie très rock n' roll pour la scène, en l'adaptant à la chanson.

Ados.fr : La scène, seul moyen pour se faire connaître ?
Aldebert : Moi, c'est le développement que j'ai choisi et qui s'est aussi un peu imposé. Parce que j'ai commencé à jouer avec la même équipe dans des bistrots, des petites salles et tout. On a gardé de l'«école du bistrot», c'est-à-dire un côté très music-hall, très artisanal dans la démarche. Et puis on a fonctionné comme ça pendant un moment, en autoproduit, attendre qu'il y ait une maison de disques et puis envoyer des maquettes. Pas forcément attendre que quelqu'un nous programme, plutôt attaquer le métier de front en allant jouer. Le reste arrive avec le temps... ou pas mais bon ça dépend !

Ados.fr : Quand on est issu de la nouvelle chanson française, c'est difficile de s'imposer sur les ondes ?
Aldebert : Médiatiquement, on n'est pas à la hauteur de ce que l'on espérerait. Après, il faut attendre encore un peu, moi ça ne fait que 6 ans que je fais ce métier, Bénabar ça fait 12 ans. Ca ne me bloque pas particulièrement parce que j'arrive à faire des concerts sur toute l'année, une centaine de dates par an. J'aimerais bien faire un Drucker un dimanche mais pas de souci !

Ados.fr : Tu te sens menacé par la nouvelle loi sur le téléchargement ?
Aldebert : Ce que ça va toucher, c'est les petits comme moi et puis tout ce qui tourne autour de ce métier : c'est-à-dire la production et l'édition. Si il y a cette histoire de licence légale et que les gens paient 7 euros et que c'est réparti de façon irrégulière, mon producteur ne va pas récupérer son investissement et je parle pas même pas de faire des bénefs. C'est un gros débat, c'est très délicat, il ne faut pas faire d'amalgames. C'est un peu comme le statut d'intermittent du spectacle, le public ne connaît pas forcément en détail cette espèce de grande nébuleuse.

Pour moi c'est quelque chose de mauvais, même si le téléchargement, y'a un côté très bien parce que ça permet aux gens de découvrir plein de choses. Je télécharge de temps en temps parce que j'ai besoin de me tenir au courant, de savoir ce qui sort et j'ai pas le temps d'aller à la Fnac faire toutes les bornes d'écoute ! Mais je pense que l'avenir, c'est vraiment les plate-formes payantes...

Ados.fr : A quand Aldebert chanteur pour enfants ?
Aldebert : Très bonne question ! C'est un de mes projets depuis 2-3 ans. J'ai déjà 6-7 chansons pour enfants que je vais figer sur un album, je sais pas vraiment quand : faut que je trouve le temps et les moyens de le faire ! Avant d'avoir le statut d'intermittent du spectacle, je faisais en parallèle animateur dans une école et donc j'avais beaucoup d'ateliers musique avec les enfants. J'ai écrit des chansons avec eux. J'aime bien ce monde là, son côté décalé, c'est un vrai moteur pour la chanson.

Ados.fr : Tu es pourtant plus connu pour ton univers adulescent...
Aldebert : Il y a eu ce phénomène adulescent, c'est-à-dire des ados attardés complètement fétichistes des figurines Casimir, certains se mettaient du parfum de bébé, c'est devenu un truc de dingue ! Moi, j'ai plus joué sur l'esprit que sur la mode adulescente : comment vivre comme un ado en ayant des envies d'adulte. Aujourd'hui, je ressens encore ce tiraillement puisque lorsqu'on est en tournée, avec 9 garçons dans l'équipe, il y a une ambiance très équipe de foot, on a l'impression d'être encore étudiants et de faire la fête tout le temps. J'ai envie de conserver ça - mon métier me le permet tant mieux - mais quand on rentre à la maison, on a une vie privée, on a envie de construire quelque chose de plus adulte et de plus solide.

Ados.fr : Dis-moi Dimanche, c'est pour mieux profiter du Lundi au Soleil ?
Aldebert : J'avais envie d'écrire une chanson sur cette journée qui est particulière puisque dans mon métier, y'a pas de week-ends, pas de vacances. De temps en temps, on est en écriture, de temps en temps en répets, d'autre en concerts. Mais même avec cet emploi du temps bizarre, il y a encore ce phénomène «dimanche», je ne sais pas pourquoi, ça ne s'explique pas.

Ados.fr : Est-ce qu'Aldebert se résume par ses chansons ?
Aldebert : Oui mais il faut aussi venir voir le spectacle. C'est là que tout est «révélé», où on peut vraiment se lâcher avec mon équipe. On se fait une idée plus précise en tout cas !

Ados.fr : Cupidon a-t-il tiré sa flèche sur Aldebert ?
Aldebert : Oui, j'ai écrit d'ailleurs une chanson sur ma copine qui devrait être sur le prochain album. Mais c'est pas évident d'écrire sur son entourage et sa famille, sur les gens qui vous sont chers. C'est une espèce de pudeur qui peut paraître un blocage au départ. J'ai fait une chanson sur mon père (Mon père, ce héros), j'arrive maintenant à écrire sur des thèmes que je n'aurais pas osé aborder avant.

Par Thomas Grange |   dernière mise à jour : 03 mars 2006

Les autres interviews de Aldebert

Itinéraire d'un enfant de la scène : l'interview vidéo d'Aldebert Voir la fiche artiste Aldebert Ados.fr : Qui est Aldebert ? Aldebert : Alors c'est...

  • Photo
    2
  • Photo
    2
  • Tété en festoche
    1
  • n4
    1
  • Toutes les chansons
  • Tous les clips
Forums Public Ados